Nissan Note e-Power 2017 : un système électrique à prolongateur d’autonomie

Voir le site Automoto

Nissan Note e-Power 2016
Par Matthieu LAURAUX|Ecrit pour TF1|2016-11-04T13:55:25.544Z, mis à jour 2016-11-04T13:55:26.474Z

En parallèle des "classiques" voitures électriques et hybrides, Nissan se lance comme Chevrolet et BMW dans la catégorie atypique des électriques à prolongateur d’autonomie, via sa nouvelle Note E-Power, lancée initialement au Japon.

Roulant sur les plate-bandes des Chevrolet Volt, Fisker Karma et BMW i3, Nissan dévoile sa nouvelle Note e-Power, pas vraiment hybride, ni électrique. On vous explique...


Comment ça marche ?

Contrairement à la LEAF, la Note e-Power possède un moteur électrique ET un moteur essence. Différence avec les voitures hybrides classiques, la conduite est avant tout électrique. Le bloc alimenté par les batteries peut mouvoir à lui seul la voiture sur environ 150 kilomètres, tandis qu’un autre moteur essence “prolongateur d’autonomie” vient recharger les batteries en cas de “panne sèche”, et ainsi rouler sur une distance plus longue.

Le communiqué atteste que “l’efficacité énergétique est largement supérieure à celle d’un véhicule hybride traditionnelle, notamment lors des trajets du quotidien”. Toutefois, Nissan n’avance aucun chiffre officiel et l’autonomie sera bien inférieure à une hybride. Si les petites batteries ne devraient pas autoriser plus de 150 kilomètres en électrique, son générateur additionnel permettrait de passer à quelques 250 kilomètres maximum.

Si elle se lance au Japon, la Nissan Note e-Power arrivera-t-elle un jour en Europe, sachant qu'elle a été annoncée sur le départ ?

Pour les "visuels", voici une explication en image :


Nissan e-Power schéma 2016

Un système déjà utilisé, mais sans succès

Dès 2011, Chevrolet casse les codes des segments hybrides et électriques, en proposant la Volt, une berline compacte mélangeant les genres avec son système EREV (Extended Range Electric Vehicle). Le modèle américain se convertit quelques mois plus tard en Opel Ampera en Europe, avec cependant un raté commercial, malgré l’avancée technologique convaincante. Une seconde génération de la Chevrolet Volt sera proposée outre-Atlantique en 2016, mais pas de version Opel cette fois-ci.

La même année, la berline sportive Fisker Karma lance (enfin) sa production, utilisant ce même système, mais avec une puissance totale de plus de 400 chevaux, et surtout une silhouette bien plus séduisante que la curieuse berline de General Motors. Mais là aussi, la carrière s’arrête rapidement, au bout de 3 ans...

En 2015, BMW reprend l’idée sur sa citadine avant-gardiste i3, dotée d’une option de prolongateur d’autonomie à moteur bicylindre essence, passant donc des 300 kilomètres de départ à 410 kilomètres selon le cycle d’homologation européen (comptez plutôt 330 kilomètres en conditions réelles selon BMW).