Dans l'actualité récente

Nouveaux radars embarqués : qui sont-ils, où sont-ils ?

Voir le site Automoto

Radar embarqué 2013
Par Matthieu LAURAUX|Ecrit pour TF1|2013-03-15T14:55:00.000Z, mis à jour 2013-03-16T08:14:49.000Z

Alors que le nombre de radars fixes serait omptimal, leurs homologues mobiles passent eux à la nouvelle génération. Embarqués sur des véhicules civilisés et équipés de flash infrarouge, ils ont pour but de sanctionner les grands excès de vitesse, soit au-delà de 10 à 15 km/h de la limite légale.

En tests depuis le 18 février dernier, les nouveaux radars embarqués au flash "invisible" verbalisent à partir de ce 15 mars.

Pourquoi ?
Après les radars fixes, mobiles, pédagogiques, de tronçon ce nouveau genre "embarqué" est fabriqué dans un seul but, sanctionner les grands excès de vitesse au-delà de 10% de la limite légale. Ils ne se déclencheront donc que pour une vitesse supérieure à 102km/h sur route (contre 90), 124 km/h sur voie rapide (contre 110) et 146 km/h sur autoroute (contre 130). Selon Frédéric Péchenard, délégué interministériel à la Sécurité Routière, ils permettrait de "sécuriser une zone beaucoup plus importante".


Qui sont-ils ?
Une voiture "normale" roule au milieu de la circulation, en l'occurrence une Renault Mégane berline (5 portes). Civilisée, rien ne l'identifie comme un véhicule de la Gendarmerie ou de la Police, pas même les plaques minéralogiques, elles aussi civiles. Derrière la plaque avant, un radar mesure la vitesse des véhicules la doublant. En cas d'excès de vitesse, un flash infrarouge, visible dans la prise inférieure du bouclier (seule distinction extérieure donc), est déclenché, et l'appareil disposé derrière le pare-brise prend une photo. Pas de flash lumineux donc, le contrevenant ne sera même pas au courant de sa faute.


Où sont-ils ?
Les autorités précisent que les véhicules dotés de ce nouveau radar parcourront en priorité les grands axes routiers, à savoir les autoroutes, voies rapides et nationales. Évidemment, il sera impossible de les localiser - il n'y aura pas de carte comme pour les radars fixes - mais les automobilistes préparent déjà leur coup en repérant les plaques d'immatriculation de voitures en question (type CG-xxx-AG). Pour le moment, seuls 20 véhicules sont déployés dans ces 18 départements : les Alpes-Maritimes (06), les Bouches-du-Rhône (13), le Calvados (14), la Haute-Garonne (31), la Gironde (33), l'Ille-et-Vilaine (35), le Loir-et-Cher (41), la Loire-Atlantique (44), le Loiret (45), la Moselle (57), le Nord (59), l'Oise (60), les Pyrénées-Orientales (66), le Rhône (69),Paris (75), la Somme (80), le Vaucluse (84), l'Essonne (91).

100 véhicules équipés devraient être en action à la fin de l'année, et devraient être 300 à terme, fin 2015.