Dans l'actualité récente

Est-on à l’abri d’une attaque bactériologique dans une Tesla ?

Voir le site Automoto

biohazard bubble
Par Florent REYNE|Ecrit pour TF1|2016-05-04T08:26:24.087Z, mis à jour 2016-05-04T08:26:27.022Z

Tesla Motors a effectué une démonstration de son mode de défense « BioHazard » afin de prouver que ce n’est pas un simple gadget. A contrario, les sites spécialisés se gaussent du système conçu par Elon Musk.

Depuis le mois de septembre 2015, Tesla a dévoilé un modèle qui peut faire survivre son utilisateur à une guerre bactériologique …. Convaincu ? 


 Tesla Model X : la voiture à la sécurité ultime ? 

 « Si jamais il y a une attaque arme biologique, l'endroit le plus sûr est votre voiture. » s’est vanté le Elon Musk, lors de la présentation de son modèle aux ailes antagonistes. Les constructeurs automobiles utilisent beaucoup de termes fantaisistes pour présente l’excellence de leur modèle, c’est un moyen d'attirer le plus d'acheteurs possible. Tesla Motors a donc décidé de  montrer comment le mode Biohazard (ou « Bioweapon Defense » dans la langue de Shakespeare) fonctionne réellement lors d'un test en interne. 


Le SUV tout-électrique a été placé à l'intérieur d'une bulle qui avait un niveau extrêmement élevé de la pollution, 83 fois plus élevé que le niveau acceptable selon l'EPA, l’Agence de Protection environnemental d’outre-Atlantique. En plus de protéger personnes dans le véhicule, le système de filtration HEPA du Model X a éliminé les bactéries à l’extérieur du Model X, le pollen et la pollution avant pénétration dans la cabine. 


Dans le même temps, l'air intérieur a en outre été nettoyé afin d'éliminer toute trace de particules potentiellement dangereuses. Tesla souligne l'air à l'intérieur du modèle X a été nettoyé en moins de deux minutes. Tesla surenchérit en expliquant que son système a réduit le niveau de pollution en dehors de la voiture de 40% en quelques minutes.


Les détracteurs

Dans un article publié sur le site sciencesetavenir.fr, le journaliste Olivier Hertel explique que personne « n'est pas à l'abri des attaques bioterroristes au volant d'une Tesla ». Le journaliste ne nie pas les bienfaits du filtre HEPA contre la pollution mais émet une réserve sur ses aptitudes a protéger l’individu contre les bactéries ou les virus.


 Il met en avant que la taille de certaines particules « d’environ 0,3 µm » passeraient au travers du filtre « Ce type de microbe ne sera donc pas arrêté par l’air conditionné d’une Tesla » et ajoute d’ailleurs : « Autant dire que le filtre serait impuissant face à un Ebola tout droit venu d'Afrique ».