Opel : Pas de fermeture de sites en Allemagne

Voir le site Automoto

L'Opel Insignia élue Voiture de l'année 2009… à l’arrachée
Par Bertrand QUERNE|Ecrit pour TF1|2009-02-19T13:12:00.000Z, mis à jour 2009-02-19T13:12:00.000Z

General Motors ne prévoit pas de fermetures de sites de sa filiale Opel en Allemagne, a déclaré Jürgen Rüttgers, le ministre-président du Land de Rhénanie du Nord-Westphalie, après une rencontre àDetroit avec le directeur général du groupe, Rick Wagoner.

"J'ai été soulagé d'un poids lorsque j'ai entendu qu'il n'y avait aucune décision ici, au siège de General Motors, de fermer des sites en Allemagne", a déclaré Rüttgers, selon des propos rapportés par un porte-parole. "Mais étant donné la situation économique difficile, il devrait y avoir un plan pour l'avenir, pas seulement en Europe mais aussi aux Etats-Unis", a ajouté le ministre-président conservateur du Land le plus peuplé d'Allemagne.

L'annonce cette semaine par GM d'un plan de réduction de coûts de 1,2 milliard de dollars sur ses activités européennes a suscité de vives inquiétudes chez les salariés de ses marques Opel, Vauxhall (Grande-Bretagne) et Saab (Suède). Le constructeur automobile a fait savoir dans son plan de restructuration présenté mardi soir au Trésor américain qu'il prévoyait un retour à la rentabilité de ses activités en Europe, comme aux Etats-Unis, en 2011 .

La chancelière allemande, Angela Merkel, a déclaré qu'Opel devait présenter un plan détaillé de développement du groupe avant de pouvoir prétendre à une aide publique. Rüttgers a précisé que l'aide du gouvernement était conditionnée à la sauvegarde par le groupe des quatre sites d'Opel en Allemagne et à la possibilité pour Opel de conserver ses droits sur les brevets et la marque.

Le ministre allemand de l'Economie, Karl-Theodor zu Guttenberg, a déclaré jeudi qu'il travaillait à un plan d'aide à Opel qui ne prévoit pas nécessairement de montée au capital de l'Etat. Il a déclaré à la chaîne de télévision ZDF qu'il était important d'étudier "d'autres modèles que ceux dont il est actuellement question" et d'envisager des solutions qui ne nécessitent pas une prise de participation immédiate de l'Etat.

(avec agences)