La Pagani Huayra BC surprise avant le Salon de Genève 2016

Voir le site Automoto

Pagani Huayra BC 2016 Scoop
Par Matthieu LAURAUX|Ecrit pour TF1|2016-01-25T16:04:44.443Z, mis à jour 2016-01-25T16:41:55.631Z

Complètement découverte sur des photos postées sur Instagram, la prochain bête de route signée Pagani révèle sa plastique bestiale, ainsi que l’origine de son nom…

Comme de nombreuses nouveautés attendues lors du prochain Salon de Genève (1-13 mars 2016), la future Pagani s’est fait surprendre…

Elle sera bestiale

Elle avait laissé quelques images mystérieuses ces dernières semaines, avec du camouflage ou des situations dans l’ombre. Mais cela ne faisait aucun doute, il s’agissait de la future évolution de la supercar Huayra, la BC, espérée pour une exposition au Salon de Genève en mars.

Vu sur circuit camouflée, la Pagani Huayra BC a cette été aperçue au pied de l’Etna (Italie) sans la moindre parcelle de film psychédélique sur un compte Facebook, laissant tout entrevoir des modifications apportées à la nouvelle bête de Modène : aileron arrière fixe trônant sur la poupe, énorme extracteur arrière, ouïes et jupes latérales agrandies et peintes en noir, spoiler avant pelle à tarte et aubes supportant les feux à diodes… sans oublier le patronyme inscrit sur le spoiler.

Pour les informations techniques, dont un moteur V12 autour de 800 chevaux, il faudra patienter encore quelques jours, voire semaines.


Pagani Huayra BC 2016 Scoop (1)

Pourquoi BC ?

Le parallèle des images postées, est confirmée l’origine du nom BC, rendant hommage à Benny Caiola, un entrepreneur italien disparu en 2010 et grand collectionneur de voitures, une centaine, ayant possédé par exemple une des rares Ferrari FXX, deux Enzo, une F50, une F40, ou encore une Porsche 911 GT2, ainsi que des Aston Martin Vanquish, Lamborghini Diablo et Murciélago.

Parmi les nombreuses voitures de sport, figurait une Pagani Zonda, acquise en 2000, que Caiola a adorée, au point d’écrire une lettre à Horacio Pagani : « Etant un avide collectionneur de Ferrari, je n’ai jamais cru qu’il puisse y avoir plus raffiné et exotique véhicule. C’était jusqu’à ce que je possède une Pagani. Cette voiture est le Michel-Ange de l’industrie automobile ».

En annexe de la lettre, le transalpin a glissé un chèque de 1.000 dollars afin d’offrir un dîner aux mécaniciens du constructeur « en remerciement de ce savoir-faire spectaculaire »… 



en savoir plus : Salon International de l'Automobile de Genève