Peugeot 5008 : rendez-vous à bord !

Voir le site Automoto

Photo 5 : Le 5008 nous ouvre ses portes
Par Raphael SYLVESTRE|Ecrit pour TF1|2009-06-16T12:10:00.000Z, mis à jour 2009-06-16T12:10:00.000Z

Présenté il y a peu, le tout premier monospace compact de la marque au lion dévoile à présent son habitacle et ses équipements. Le tout semble prometteur, malgré une rude concurrence. En voiture !

Un danger pour le cousin C4 Picasso le 5008 ? A première vue oui. Mais à bien y regarder, on constate que PSA s'est efforcé de lui donner de quoi se distinguer. Son créneau à lui, c'est le plaisir de conduite, comme nous le suggère son style sans sombrer pour autant dans la caricature. Le regard est perçant, le profil tendu et les passages de roues marqués d'un méplat, façon 207 ou 308.

De visu, on remarque aussi la hauteur limitée du 5008 qui le rend moins volumineux que le cousin aux Chevrons. Plus bas de 4 cm qu'un C4 Picasso 7 places (1,64 m), le Peugeot lui rend également 6 cm en longueur (4,53 m).
A en juger par ses chromes omniprésents, son équipement dernier cri et la qualité perçue de son habitacle, il se revendique également plus haut de gamme.



Un poste de conduite très typé berline

L'intérieur le confirme, il ne faudra pas confondre le 5008 avec le premier monovolume pantouflard venu. Le conducteur est en effet particulièrement gâté à son bord, avec une position de conduite moins verticale que de coutume et une planche de bord qui ne s'adresse qu'à lui, et non à toute la famille comme celle d'un C4 Picasso. Très proche de celle du 3008 (qui garde pour lui sa poignée de maintien centrale et ses commandes façon aéronautique), celle-ci brille par la qualité de ses matériaux et ses ajustages millimétrés.

Notre modèle présentait en outre une finition laquée grise du plus bel effet, formant un duo rafraîchissant avec le cuir blanc de la sellerie. Dommage en revanche qu'au volant, le genou viennent buter contre cette imposante console.

Sans atteindre les prestations de "visiospace" du rival de Citroën - son pare-brise remonte nettement moins loin sur le pavillon -, le 5008 se montre néanmoins très lumineux grâce à son toit vitré panoramique de près de 1,70 m2. Une bonne surprise. La modularité, complète et facile, ne prête pas non plus le flanc à la critique. En attestent par exemple les sièges "cinéma" du deuxième rang, dont l'assise se relève afin de libérer l'accès, en coulissant, à la troisième rangée.

De largeur identique et réglables en longueur et en inclinaison, ils s'escamotent dans le plancher pour accroître le volume de chargement, tout comme les 2 sièges du dernier rang. Concernant ces derniers, plutôt confortables, ils accueillent sans trop de mal des adultes... de moins de 1,80 m !
Côté coffre, Peugeot annonce un minimum de 579 litres et une valeur maxi record de 2506 litres tous sièges rabattus (contre 2050 litres pour un Grand Scénic et 1951 pour un C4 Picasso 7 places).


Des équipements issus du haut de gamme

Le 5008 met le paquet également question équipement, avec de série l'ESP, le régulateur-limiteur de vitesse, six airbags, le frein de stationnement électrique avec fonction d'aide au démarrage en pente et la détection de sous-gonflage. Les options permettent ensuite d'accéder à des technologies dignes des berlines haut de gamme, telles que l'affichage tête haute ou le Distance Alert veillant aux distances de sécurité.

Les passagers arrière pourront regarder des DVD via des écrans intégrés aux appuie-têtes avant et des casques audio sans fil bluetooth, et 2 systèmes de navigation sont au programme : l'un à cartographie sur carte SD et un autre, plus haut de gamme, à disque dur de 30 Go, associé au service d'alerte en cas d'accident Peugeot Urgence.

Partageant ses trains roulants avec la 308, à l'instar du 3008, le 5008 promet de grandes qualités dynamiques. Pour autant, le système DRC luttant contre le roulis restera l'apanage du crossover Peugeot, tout comme son antipatinage évolué Grip Control (mais sa version simplifiée Snow Motion est au menu).

Prochain rendez-vous pour le 5008 : le salon de Francfort à la mi septembre. Sa commercialisation interviendra dans la foulée, avec sous le capot les moteurs du 3008 : 3 diesel HDi de 110, 150 et 163 ch et 2 blocs essence VTi de 120 et THP de 150 ch.

Voir l'essai en vidéo