Dans l'actualité récente

Peugeot Metropolis 400 : le trois-roues affiché à 8.890 euros

Voir le site Automoto

Peugeot Metropolis 400 Essai Automoto
Par Matthieu LAURAUX|Ecrit pour TF1|2013-05-02T12:33:00.000Z, mis à jour 2013-05-02T14:42:33.000Z

La marque française est décidée à faire face à Paggio, qui profite d'un monopole depuis 2006 sur le segment des 3 roues. La riposte Peugeot fait ses débuts ce jeudi et se nomme Metropolis.

Débarquant enfin pour rompre le monopole de Piaggio, ce Peugeot Metropolis s'avère réussi sur le papier.

Bousculer le MP3
Seule sur son marché - si l'on excepte le Quadro 3D aux ventes anecdotiques -, le Piaggio MP3 est un succès en Europe depuis fin 2006 et s'est écoulé encore à 16.000 exemplaires l'an passé, dont presque 13.000 rien qu'en France (60.000 au total). Pour en finir avec ce monopole, Peugeot commercialise le MP3, son premier trois-roues : le Metropolis.


Présenté fin 2011 au Salon de Milan, ce modèle inédit pour le constructeur français arrive enfin sur le marché après un léger retard, et est produit dans l'usine de Mandeure. L'objectif est ambitieux, celui de prendre 30% du segment des trois-roues soit environ 6.000 unités annuelles "à terme", a déclaré Frédéric Bart, directeur de Peugeot Scooters.


Scooter ascendant Auto
Malgré les deux ans nécessaires entre le concept et le modèle définitif arrivant sur le marché ce mois-ci, le look de ce Metropolis est logiquement plus attractif que celui du rival italien, sans aller vers les courbes du Yourban. La grille centrale entre les optiques est soulignée de la calandre rappelant les voitures sochaliennes (208, 508...), une barre de diodes verticale se logeant entre les roues.


Les jantes se veulent également plus sportives, le pot se cache de manière esthétique, les poignées passager métallisées s'intègrent de façon harmonieuse, et le plancher se révèle véritablement plat. Sous les assises bien conçues, le coffre à double accès vaste loge largement deux casques.


La partie arrière arbore un dessin encore une fois proche des voitures de la marque, notamment les diodes faisant écho à la dernière 2008. Pour ceux voulant davantage de différence, la version RS rajoute quelques inserts colorés. Quant à l'instrumentation, c'est un véritable tableau de bord façon 208 qui est aménagé.


Modèle unique
Pour ses premiers pas dans l'univers 3-roues, Peugeot n'offre qu'une seule version. Le Metropolis s'accompagne seulement d'un bloc 400 cm3, alors que le Piaggio propose des moteurs 125, 300, 400 et 500 cm3. Le bloc monocylindre 400 Peugeot développe ici 37 chevaux (et 38 Nm), soit tout juste entre les versions 400 et 500 du MP3, et de quoi mouvoir les 256 kg de l'engin.


Cependant, le Metropolis devra faire l'impasse sur l'ABS qu'il annonçait auparavant. Dommage, car le Piaggio pouvait être distancé sur ce point. Côté réservoir, les 13,5 litres lui allouent environ 250 km d'autonomie.


Prix élevé ?
Le Peugeot Metropolis 400i est disponible depuis ce 2 mai en concessions, au prix de 8.890 euros, plus proche du Piaggio MP3 Sport LT 500 (9.199 euros) que du Touring LT 400 (8.399 euros). Côté accessoires, sont disponibles un top case de 47 litres, tablier, housse, ou support mobile/GPS.

Reste à connaître ses qualités et défauts, à découvrir très prochainement dans Automoto !

Vue 3/4 arrière du Peugeot Metropolis
Peugeot Metropolis 400i 2013

Les compteurs du Peugeot Metropolis
Peugeot Metropolis 400i 2013