Peugeot RC HYbrid4 : Retour vers le futur

Peugeot RC HYbrid4 : Retour vers le futur
Peugeot nous a invité tout un après-midi pour découvrir plus en détail leur concept RC HYbrid4, l'une des stars du dernier Mondial de Paris.

Dans un simple garage

De l’extérieur, le centre de design du groupe PSA Peugeot-Citroën ressemble à un grand centre commercial sans marque ni enseigne, une sorte d’immense paquebot planté au bord de la route Nationale 118, à Vélizy (au Nord Ouest de Paris). C’est pourtant là, dans cette enceinte que l’on appelle l’ADN (Automotive Design Network), que sont dessinés et créés les nouveaux modèles de la marque au Lion. Un lieu hautement confidentiel, où seuls les salariés et quelques invités triés sur le volet ont le droit de déambuler. Autant dire que notre venue est des plus contrôlées, d’ailleurs il nous aura fallu près de 20 minutes pour franchir le premier poste de sécurité, et bien que nous soyons attendus…


En détails, les écrans numériques situés devant le conducteur regroupent l’instrumentation et le retour visuel des caméras de rétrovision, l’écran placé en face du passager avant est dédié aux loisirs, tandis que l’écran tactile central sert à piloter l’audio, la navigation, la climatisation, ainsi que les différents réglages de l’auto. A cela s’ajoute un étonnant tunnel central qui se prolonge sur le pavillon, à la façon d’une queue de scorpion. Mais le clou du spectacle reste sans conteste l’éclairage intérieur à LED capable de changer de couleur selon le mode de fonctionnement du véhicule. « Ces couleurs que l’on a mises à l’intérieur, on les a également disposées dans les passages de roue. La symbolique était d’éclairer les roues et l’habitacle en fonction du mode d’utilisation du véhicule. Ainsi, lorsqu’on accélère, la lumière vire au rouge symbolisant les émissions de CO2, quand on récupère de l’énergie au freinage cela devient vert, puis en mode d’utilisation normale l’éclairage est bleu ».


Les émissions de CO2 d'une Smart

Derrière le design aguicheur de ce coupé 4 portes, se cache une chaîne de traction hybride d’un genre nouveau. « La technologie en question, c’est l’hybride4. Une technologie qui mélange un moteur thermique essence et un moteur électrique en les mariant grâce à l’électronique, mais aussi en les dissociant puisque l’un est situé sur l’essieu avant et l’autre sur l’essieu arrière. Cela nous permet, au passage, d’avoir 4 roues motrices sur ce véhicule ». De manière un peu plus concrète, la RC HYbrid4 utilise un moteur essence 1.6 THP (développé en collaboration avec BMW) de 160 kW (soit 218 ch), placé en position centrale arrière, couplé à un bloc électrique de 70 kW (soit 95 ch) situé sous le capot avant et alimenté par des batteries de type Lithium-Ion. Au total, cela permet à ce concept de profiter d’une puissance combinée de 230 kW, ce qui équivaut à 313 ch. Les performances annoncées sont d’ailleurs impressionnantes avec un 0 à 100 km/h effectué en 4,4s pour une vitesse de pointe de 295 km/h. Le tout ne rejète que 109 g/km de CO2, ce qui est à peine plus qu’une Smart ! Des chiffres étonnants qu’il convient cependant de tempérer puisque en raison d’un réservoir d’essence limité à 5 litres, le concept RC HYbrid4 ne peut pas dépasser 100 km d’autonomie. A l’usage, l’auto fonctionne comme n’importe quel véhicule hybride standard, en utilisant au choix de l’essence ou de l’électricité, voire les deux en même temps lorsque cela est nécessaire. Enfin, surprise du chef, il n’existe aucune liaison mécanique entre l’avant et l’arrière du coupé, l’ensemble étant géré électroniquement par la technologie « by wire », déjà employée sur le concept Hoggar en 2003.


Vidéos associées

News associées