Dans l'actualité récente

Pilotes français, technique et calendrier : Les nouveautés de la saison 3 de Formule E

Voir le site Automoto

Sebastien Buemi au lancement de la saison 3
Par Julien PEREIRA|Ecrit pour TF1|2016-10-08T14:46:02.809Z, mis à jour 2016-10-08T14:51:44.400Z

Ce dimanche 9 octobre marquera le lancement de la troisième saison du Championnat du monde de Formule E. Des pilotes que vous devrez suivre aux meetings que vous ne devrez pas manquer, Automoto.fr vous donne toutes les clés pour bien suivre l’an 3 des bolides électriques.

La Formule E fait sa rentrée dans les rues de Hong Kong, qui accueille la première manche de la troisième saison. Grâce à Automoto, vous aurez toutes les clés en main pour tout comprendre.


Toujours 4 Français...

On prend les mêmes et on recommence. Déjà présents en 2015-2016, Nicolas Prost, Loïc Duval, Stéphane Sarrazin et Jean-Eric Vergne sont encore les pilotes qui défendront le drapeau tricolore. Mais le dernier cité a bougé cet été. Il passe de l’écurie DS à la toute nouvelle équipe chinoise Techeetah, qui a racheté les actifs d’Aguri. A noter, également, l'engagement de Jaguar avec le duo Mitch Evans - Adam Carroll


3 champions du monde

Nelson Piquet Jr et Sébastien Buemi ne sont plus seuls. Les deux premiers titrés en Formule E seront désormais accompagnés d’un troisième champion du monde sur la grille. José Maria Lopez, doublement sacré en WTCC, a pris la place de Vergne chez DS. Il signale à la fois l’attractivité grandissante de ce Championnat, et la volonté de l’organisateur de toucher un maximum de pays, "Pechito" étant très populaire en Argentine.


5 nouveaux circuits

Le calendrier aussi, témoigne de la stratégie de globalisation adoptée par Alejandro Agag, le patron de la FE. Après avoir réussi l’énorme coup d’installer la course électrique à Paris l’année dernière, l’homme d’affaires espagnol a encore ajouté cinq villes à son tableau de chasse, réparties sur 4 continents. Et pas n’importe lesquelles : Hong Kong, pour l’ouverture de la saison, Marrakech, Bruxelles, New York et Montréal. Les deux dernières citées clôtureront le Championnat avec deux manches chacune.  


Plus de performance

Lors de la première saison, toutes les monoplaces étaient quasiment identiques, seulement maquillées par les écuries. L’année dernière, celle-ci ont pu opter pour leurs propres choix sur les chaînes de traction. Cette nouvelle édition s’inscrit dans la continuité, mais le règlement ouvre encore un peu plus les possibilités stratégiques : batteries plus performantes, ailerons plus solides, récolte d’énergie plus importante, poids réduit et pneus plus efficaces.