Pollution : Anne Hidalgo "veut la fin du diesel à Paris en 2020"

Voir le site Automoto

error
Par Loïc CHENEVAS-PAULE|Ecrit pour TF1|2014-12-08T10:00:00.000Z, mis à jour 2014-12-08T14:14:38.000Z

Fidèle à sa ligne de conduite adoptée à l'époque où elle était première adjointe de Bertrand Delanoë, la maire PS de Paris Anne Hidalgo entend mener à bien son plan antipollution et a réaffirmé son souhait d'éradiquer le diesel à Paris pour 2020 dans un entretien accordé au Journal du dimanche (JDD) ce 7 décembre.

"Je veux la fin du diesel à Paris en 2020, et si possible au-delà du périphérique". Avec ces mots lâchés lors d'un entretien accordé au JDD et paru ce dimanche 7 décembre, Anne Hidalgo, maire PS de la capitale, maintient une ligne de conduite adoptée depuis plusieurs années, à l'époque où elle était encore première adjointe de Bertrand Delanoë. Mais le chemin sur lequel elle s'aventure avec son plan antipollution n'est pas sans dangers et s'apparente plus à une pente glissante qu'à une route tranquille. Explications.

Privilégier les piétons et le vélo

Concrètement, le plan d'éradication du diesel d'Anne Hidalgo s'articule autour de six idées fortes. D'abord, la première femme maire de Paris aimerait que les axes majeurs de la capitale (Champs Elysées, rue de Rivoli, etc) ne soient autorisés qu'aux véhicules écologiques, c'est-à-dire ceux dont l'émission en CO2 est extrêmement pauvre. Une mesure qu'elle aimerait tester une première fois avant d'en faire la règle si les résultats sont probants.

Autre changement radical prôné par Anne Hidalgo: l'extension des zones où la vitesse est limitée à 30 km/h dans tout Paris afin de remplacer progressivement les traditionnels 50 km/h. Cette proposition irait de pair avec sa volonté de rendre semi-piétonniers les 1er, 2e, 3e et 4e arrondissements (seuls les vélos, bus et taxis seraient autorisés, de même que les voitures des résidents et les véhicules d'urgence ou de livraison) et son souhait d'investir 100 millions d'euros dans un plan vélo, en développant notamment le deux-roues à assistance électrique. "Techniquement, c'est possible", affirme-elle. "De même, nous mettrons en place un plan d'installation de bornes de recharge pour les voitures électriques. Une aide financière incitera les copropriétaires à s'équiper en bornes de recharge, mais aussi en garages à vélos".

Enfin, la maire de Paris pense à utiliser "des pastilles ou des puces" prévues identifier les véhicules qui polluent le plus. "Des contrôles routiers pour éviter les infractions" seraient renforcés et les quatre portiques installés sur le périphérique utilisés, le tout chapoté par "d'autres types de contrôles à l'aide de caméras".

Le nombre de km de piste cyclable sera doublé d'ici à 2020 avec un plan vélo ambitieux : http://t.co/nHgQMArUkF pic.twitter.com/fWdN8PHN4r

— Anne Hidalgo (@Anne_Hidalgo) 7 Décembre 2014

"Eradiquer le diesel ne veut rien dire"
Salué par les écologistes, ce projet est loin de faire l'unanimité et est jugé comme "trop politique" par plusieurs associations qui contestent son caractère discriminatoire. "Et ce barman du 93 qui travaille la nuit à Paris, il va faire quoi avec son vélo ou son Navigo", soulève sur France Info Daniel Quéro, président de 40 millions d'automobiles. Avant de poursuivre dans le Figaro : "C'est irrationnel et idéologique. Il y a quatre fois plus de particules dans le métro que dans la rue, selon de récentes analyses. Empêche-t-on les gens de prendre le métro? Éradiquer le diesel ne veut rien dire aujourd'hui puisque certains diesels sont propres. On stigmatise encore une fois les automobilistes, notamment les plus modestes qui sont souvent propriétaires d'un diesel".

Pour contourner les critiques adressées à son encontre, Anne Hidalgo se dit prête à imaginer une autre voie sous la forme d'"exception" pour "certains ménages peu fortunés possédant un vieux véhicule diesel qu'ils n'utilisent qu'occasionnellement". La maire PS de Paris trouve refuge derrière l'argument classique de "protéger la santé" des Franciliens. Mais pas sûr que cela suffise à convaincre l'auditoire qui sera face à elle lors de la présentation de son projet ce mardi 9 décembre.