Dans l'actualité récente

Pollution : Mitsubishi mis à l’amende après le scandale

Voir le site Automoto

Mitsubishi Outlander PHEV, SUV hybride rechargeable lancé en mars 2014
Par Julien PEREIRA|Ecrit pour TF1|2017-01-29T09:47:36.244Z, mis à jour 2017-01-29T09:47:45.611Z

Mitsubishi Motors a été condamné par le gouvernement japonais à payer une amende de 480 millions de yens suite, plusieurs mois après les révélations de la marque, qui a reconnu avoir manipulé ses tests de consommation de carburant.

Le 6e constructeur va devoir passer à la caisse après une affaire de trucage qui aura duré plus d’un quart de siècle.


Le scandale du dieselgate a eu une incroyable résonance auprès de tous les grands constructeurs automobiles. En avril dernier, Mitsubishi avait fini par avouer que des tests de consommation effectués sur plusieurs de ses modèles avaient été manipulés, notamment pour bien figurer auprès de la clientèle.

3,9 millions d’euros

Plusieurs mois après ces révélations, qui ont considérablement affecté les ventes et l’avenir de la marque –Nissan est même venu à la rescousse-, la firme de Tokyo a subi un nouveau revers cette semaine. Le vendredi 27 janvier 2017, elle a été condamnée par le gouvernement japonais à régler une amende de 480 millions de yens, l’équivalent d’environ 3,9 millions d’euros.

Une somme dérisoire ?

La somme n’a rien de comparable à celles déboursées par Volkswagen depuis l’éclatement du dieselgate, mais elle sera peut-être beaucoup plus préjudiciable pour Mitsubishi. Le groupe allemand est resté tout en haut de la hiérarchie mondiale alors que le 6e constructeur automobile japonais est maintenant largement boudé par le grand public.

Au total, 9 modèles (dont le SUV Outlander, les mini-modèles DayZ et Nissan eK Wagon, véhicule produit par Mitsubishi) commercialisés depuis 26 ans au Japon auraient vu leur consommation de carburant retouchée par le constructeur.