Porsche Panamera Turbo 2017 : la super-berline au V8 550 ch à l’essai

Voir le site Automoto

Essai Porsche Panamera Turbo 2017 Automoto
Par Matthieu LAURAUX|Ecrit pour TF1|2016-11-27T15:42:48.347Z, mis à jour 2016-11-27T16:11:24.415Z

Style beaucoup plus fluide, V8 très puissant, intérieur transfiguré, la Panamera subit une sérieuse évolution pour sa deuxième génération. Est-ce la meilleur grande berline sportive ? Essai de Jérôme Chont pour Automoto.

Porsche est presque reparti d’une feuille blanche pour sa Panamera II. Suffisant pour avoir le trône des grandes berlines sportives ? Essai par Jérôme Chont de la version Turbo 2017.

Révolution ?

Critiquée pour ses performances moyennes et surtout son style peu glamour, la Porsche Panamera est remplacée par une seconde génération totalement différente : plate-forme, moteurs, boîte de vitesses, transmission, intérieur, connectivité et donc design. La version 2017 se révèle ainsi beaucoup plus fluide esthétiquement, voire séduisante sous certains angles, grâce aux nervures latérales davantage marquées, aux épaules larges, au roues de diamètre plus imposant, au vitrage plus étiré, ou aux feux arrière affinés.


Efficacité impressionnante

Malgré les 2 tonnes et une longueur de plus de 5 mètres, la Panamera est d’une agilité déconcertante dans les virages sinueux espagnols de notre essai, et se comporte comme une citadine dans les rues étroites. La raison ? 4 roues motrices mais surtout directrices, les roues arrière tournant vers l’extérieur à haute vitesse et à l’intérieur à basse vitesse. L’aileron arrière joue aussi son rôle pour augmenter l’appui aérodynamique, se déployant au-delà de 80 km/h.


Essai Porsche Panamera Turbo 2017 Automoto

Performances canon

En termes de mécanique, la berline de Porsche de fait pas semblant. Si le diesel de la version 4S envoie “seulement” 254 chevaux, notre variante Turbo développe ici 550 chevaux sur le V8 4,4 litres V8, de quoi expédier le 0-100 km/h en 3,6 secondes avec la boîte automatique double embrayage PDK associée au Pack Sport Chrono, et de tutoyer les 306 km/h en pointe. Et surtout quel bruit ! Encore plus impressionnant, ses freins permettent d’immobiliser la (lourde) berline sur une distance très réduite.


Porsche Panamera Essai Automoto 2016

Intérieur splendide et moderne

Devant le conducteur, la Panamera joue la continuité avec ses 5 capteurs traditionnels, un volant trois branches s’affinant en accueillant son bouton gérant le mode de conduite, dont le “Launch Control”. Mais à côté, rien à voir avec le modèle 2009, car la console centrale se débarrasse de 90% de ses boutons, les commandes étant centrées dans le grand écran de 12 pouces, situé par ailleurs plus haut. Le système embarqué permet de conceter non seulement son téléphone pour profiter de certaines applications via Apple CarPlay ou Android Auto, mais surtout peut envoyer un signal WiFi. 

Si le style des assises ne change guère avec une enveloppe bien présente, son noombre est encore critiquable : 4. Et oui, la Panamera réfléchit encore à se proposer en 5 places, version demandée pour les marchés américains et chinois. Chose que ne permet pas non plus la version longue “Executive”.


Essai Porsche Panamera Turbo 2017 Automoto

Mais très chère…

Porsche fait payer le prix de l’excellence. Si l’ancienne Panamera Turbo plafonnait à 149.207 euros, la seconde mouture se propose à 156.287 euros, voire dépasse les 200.000 euros sur notre modèle essayé bourré d’options. C’est autant qu’une Lamborghini Huracan LP 640-4 Coupé ! Plus sérieusement, c’est entre l’élégance italienne de la Maserati Quattroporte GTS au V8 3,8 litres 530 ch est affichée 152.000 euros et le succulent 6,0 litres V12 de 560 chevaux de l’Aston Martin Rapide S.