Présentation de la Renault Fluence Z.E. Concept

Voir le site Automoto

Renault Fluence Z.E. Concept : nous l’avons conduit
Par Said EL ABADI|Ecrit pour TF1|2009-11-18T11:30:00.000Z, mis à jour 2009-11-18T11:30:00.000Z

Renault s'ouvre à l'électrique de plus en plus et compte bien commercialiser, d'ici 2012, une vraie gamme. D'ailleurs nous avons eu la chance et le plaisir de prendre le volant du concept Renault Fluence Z.E.

Renault Kangoo Z.E, Renault Fluence Z.E, le concept Zoe et le Twizy. Quatre modèles pour quatre segments bien distincts, Renault voit désormais les choses en grand quand il s'agit de véhicules électriques. Et pour cause, l'objectif de la marque est d'être leader en émission de CO2 en 2015 !




Nous avons eu l'opportunité de prendre le volant du concept Renault Fluence Z.E. Un modèle aux lignes relativement sportives qui, s'il ne restera pas en l'état lors de son passage en série, offrira malgré tout plus de dynamisme que l'actuelle Renault Fluence thermique. Une constante que l'on devrait retrouver sur l'ensemble de la gamme électrique Renault. « La Fluence électrique sera plus proche du concept que du modèle commercialisé depuis peu. Le fait d'avoir le système Quickdrop induit un encombrement assez important lié aux batteries. Du coup, il y a eu quelques modifications quant aux dimensions de la voiture (4,82 m de long pour 1,67 m de large et un coffre de 327 litres) qu'il a fallu réadapter. Nous avons également dû changer le style de l'auto, mais la plate-forme reste la même que celle de la Fluence thermique », nous explique ainsi Maxime Pinol, responsable du design extérieur de la Renault Fluence Z.E.


A l'inverse, certains éléments présents sur ce concept ont peu de chance de voir le jour, du moins à court terme... C'est le cas par exemple des jantes hélicoïdales, des rétroviseurs fuselés avec caméra intégrée ou encore de l'impressionnant pare-brise panoramique équipé de cellules photovoltaïques. De même, la majorité des innovations présentes dans l'habitacle ne concerneront pas la Renault Fluence électrique, elles serviront en revanche à l'élaboration d'autres futurs modèles. « La grande nouveauté, c'est l'écran tactile. Nous avons éliminé la plupart des boutons de l'habitacle en intégrant un grand écran tactile qui regroupe le GPS et des commandes telles que la climatisation ou la radio. Outre le fait d'avoir un design plus sportif, l'idée, c'était de donner une impression de bien-être, de calme, de sérénité. Nous souhaiterions dans le futur, et spécialement dans les voitures électriques, éliminer la plupart des boutons qui sont aujourd'hui dans les voitures de production »>, nous précise Bogdan Popescu, responsable lui du design intérieur de l'auto.


A côté de cela, l'habitacle du concept Renault Fluence Z.E fait la part belle aux ligne dynamiques et aux jeux de lumière. Ainsi, chaque aérateur est accompagné d'un éclairage qui varie en fonction de la température (bleu pour l'air froid, rouge pour l'air chaud), et qui est en mesure de diffuser un parfum choisi au préalable. A noter, enfin, la présence d'une climatisation tri-zone réglable individuellement aux deux places avant et à l'arrière ou encore le dessin particulier des cellules photovoltaïques apposées sur le toit qui, en plus de transformer l'énergie solaire en électricité, offrent assez de transparence pour illuminer l'habitacle.


Sous le capot du concept Renault Fluence Z.E se cache un moteur électrique d'une puissance de 70 kW, soit l'équivalent de 95 ch, qui offre 226 Nm de couple. Il est alimenté par une batterie au Lithium-Ion qui lui autorise une autonomie maximum de 160 km. Quant à sa recharge, elle peut être effectuée soit sur prise secteur en 8h, soit sur une borne de recharge rapide à 80% en 20 minutes. Par ailleurs, Renault, en partenariat avec la société Better Place, propose le système Quickdrop qui permet d'échanger sa batterie en 3 minutes dans une station dédiée. C'est le marché israélien qui aura la primeur de cette application, dès 2011. A cet effet, Better Place installera plus de 200 000 prises dédiées dans le pays, mais également des stations Quickdrop.


Reste qu'une batterie au Lithium-Ion cela coûte aujourd'hui excessivement cher. Du coup, comment faire en sorte que cela ne se répercute pas sur le prix d'achat du véhicule ? Car, il est clair que les clients n'accepteront pas de payer plus cher un véhicule équivalent au leur, même sous prétexte qu'il est électrique ! « D'où l'idée d'avoir une location (un loyer à payer) et que les clients n'aient pas besoin d'acheter leur batterie. La deuxième difficulté à laquelle il faut faire face se situe au niveau de la recharge. Demain, il faudra que le client puisse trouver une station électrique au même titre qu'il va aujourd'hui dans des stations-service. Et ça, ce n'est plus vraiment notre métier. Il nous a donc fallu trouver des partenaires, en l'occurrence Better Place qui a su, en premier, rendre opérationnel ces deux aspects (la gestion de la batterie et la vente de l'électricité). Ainsi, grâce à Renault et Better Place, nous pouvons réunir ces trois variables que sont la voiture électrique, la batterie et la recharge. », nous précise Philippe Bois, responsable de la communication Renault.

Au final, la marque Renault a pour objectif que la Renault Fluence Z.E ne coûte pas plus cher qu'un modèle diesel équivalent. Un énorme défi qui semble néanmoins être la seule façon de pouvoir vendre en masse des véhicules électriques.