Projet Harken : de futurs sièges connectés détecteurs de fatigue

Voir le site Automoto

Harken, programme développant un siège connecté servant de détecteur de fatigue au volant d'une voiture
Par Matthieu LAURAUX|Ecrit pour TF1|2014-07-29T11:02:00.000Z, mis à jour 2014-07-30T10:03:30.000Z

Le projet Harken porté par un consortium européen a développé un siège pour voiture capable de détecter les rythmes cardiaque et respiratoire, agissant en tant que détecteur de fatigue, afin de réduire la centaine de milliers d'accidents annuellement enregistrés en Europe et liés à cette cause.

Rappelez-vous, en septembre 2013, Ford présentait le concept-car S-Max à Berlin, doté de sièges capable de détecter un accident cardiaque du conducteur, ainsi que le taux de diabète à l'arrière. Cette idée n'est pas uniquement portée par le constructeur américain mais aussi soutenue par le projet Harken, consortium de plusieurs entreprises soutenues par l'Union Européenne (UE).


Améliorer la sécurité
Harken (Heart an Respiration In-Car Embedded Nonintrusive Sensors) est un prototype de siège similaire à celui de Ford, enregistrant le rythme respiratoire et le rythme cardiaque du conducteur (également via la ceinture), tout en annulant les vibrations et les autres mouvements du corps. Cependant, le but est tout autre puisqu'il a été conçu en tant que détecteur de fatigue, et ainsi de façon totalement différente face aux systèmes déjà existant se basant sur le mouvement des paupières.

Les ingénieurs rappellent au passage que la fatigue serait la cause de 8,3% des accidents en Europe, soit environ 100.000 par an. Le système réduirait ainsi les nombres de 125.000 blessés et 7.000 morts par an associés à ce facteur.

Enfin, si le projet est prometteur, il n'en est qu'à sa phase d'étude et n'aboutira pas avant plusieurs années.