PSA Peugeot Citroën : enquête sur les émissions polluantes

Voir le site Automoto

Peugeot308GTlogoHD
Par Julien Marcos|Ecrit pour TF1|2017-02-10T14:52:41.845Z, mis à jour 2017-02-10T15:11:53.221Z

La direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) vient de transmettre ses conclusions à la justice au sujet des manquements supposés du groupe PSA Peugeot Citroën en matière de contrôle de ses systèmes antipollution.

Quel constructeur automobile n’est pas dans la tourmente des accusations de triche sur les émissions polluantes de ses véhicules ? On pourrait se le demander, tant les enquêtes se multiplient.

[Essai Vidéo du Citroën C4 Cactus]



Jamais trois sans quatre

PSA Peugeot Citroën serait donc le quatrième groupe automobile à faire l’objet d’une enquête pour tromperie sur les émissions d’oxydes d’azote (NOx), après Volkswagen, Renault et Fiat Chrysler. Le scandale du Diesel Gate a éclaté en septembre 2015 quand le Groupe Volkswagen a été accusé d’utiliser des méthodes illégales pour réduire les émissions polluantes de ses voitures Diesel. Une affaire révélée par l’Agence Américaine de Protection de l’Environnement (EPA). Volkswagen reconnait rapidement sa culpabilité et s'engage à coopérer avec les États-Unis pour établir les faits rapidement et de façon transparente.


La DGCCRF s’est basée sur les résultats de tests réalisés par l’UTAC (Union Technique de l'Automobile et du Cycle) et l’IFPEN (Institut Français du Pétrole et Energies nouvelles), mais également à la suite d’une perquisition au sein des locaux du constructeur.

Du côté de PSA Peugeot Citroën, on réaffirme que les véhicules du groupe ne sont pas équipés d’un dispositif de triche. PSA assure dans un communiqué qu’il fera valoir ses arguments pour éviter tout amalgame et défendre ses intérêts.