PSA Peugeot Citroën : un nouveau crossover compact DS sera produit à Poissy

Voir le site Automoto

error
Par Loïc CHENEVAS-PAULE|Ecrit pour TF1|2015-02-23T14:08:00.000Z, mis à jour 2015-02-23T14:38:10.000Z

Carlos Tavares, le PDG du groupe PSA Peugeot Citroën, a annoncé que l'usine de Poissy (Yvelines) sera en charge de la production d'un futur modèle qui "épaulera la DS 3 sur segment des véhicules compacts premium".

Désormais marque à part entière, DS a fait preuve de son émancipation dès le Mondial de l'Automobile 2014 en débarquant avec son concept-car Divine DS et compte bien passer la seconde lors du Salon de Genève 2015 qui débutera le 3 mars prochain en y emmenant notamment sa DS 5 restylée. Ce lundi 23 février, Carlos Tavares, le PDG du groupe PSA Peugeot Citroën, en a remis une couche en annonçant un investissement de 150 millions d'euros pour la production d'un nouveau petit crossover DS sur le site de Poissy, situé dans les Yvelines.

Un nouveau modèle pour épauler la DS 3
Rentrant dans le plan de redressement quinquennal baptisé "Back in the race" ("De retour dans la course"), cette annonce démontre à quel point PSA compte sur son usine située à Poissy sur le long terme. Cette dernière aura non seulement la charge de fabriquer ce futur modèle qui accompagnera la DS 3 "sur le segment compact premium" mais fera aussi office de site pilote pour la nouvelle plateforme EMP1 (les petits véhicules de la marque).

Une bonne nouvelle dans ces temps de restructuration qui se fait malheureusement au détriment de certains emplois. Pour rappel, PSA a annoncé en novembre 2014 la suppression de 3.450 postes en France pour l'année 2015. L'objectif d'une telle décision: ramener d'ici la fin de l'année 2016 ses coûts salariaux totaux à moins de 12,5% de son chiffre d'affaires.

Avec plus de 2.938.372 véhicules vendus dans le monde en 2014 et un Salon de Genève 2015 qui s'annonce prometteur, le groupe PSA semble néanmoins s'être remis sur les bons rails après avoir évité la faillite en 2013. Espérons que cette trajectoire empruntée par Carlos Tavares et ses troupes continue d'être la bonne pour les mois à venir et que les vastes plans sociaux déclenchés à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) et Rennes, où deux usines ont été fermées, ne soient que de l'histoire ancienne.