PSA Peugeot-Citroën : ventes en forte baisse au 1er semestre 2012

Voir le site Automoto

Peugeot 301
Par Matthieu LAURAUX|Ecrit pour TF1|2012-07-06T16:59:00.000Z, mis à jour 2012-07-07T17:50:36.000Z

A l'actualité pour son futur plan d'économies, le groupe automobile français a accusé un repli de ses ventes mondiales de 13% au premier semestre 2012.

Avec 1,619 million de voitures vendues dans le monde, PSA Peugeot-Citroën recule de 13% sur les six premiers mois de 2012.

Dans le rouge


Le groupe automobile ne cache pas ses difficultés, ayant signalé une crise plus fort et longue que prévu après avoir établit un premier plan d'économies en décembre 2011. La baisse des ventes de voitures (et pièces détachées) s'accentue au premier semestre, à 13% pour un total de 1,619 million d'unités, contre 1,860 million l'an passé. Le tout sur un marché mondial en hausse de 7%.

Pourquoi ?

S'expliquant partiellement en Iran pour les pièces détachées (chez Peugeot), la baisse pour les véhicules dits "montés" est causée par la morosité du marché Europeen où PSA effectue les deux-tiers de ses ventes, la régression est de 13,6%. Seule satisfaction, une belle hausse sur le porteur marché chinois (+28%), comptant pour 104.000 unités, amenant les ventes hors Europe de 38 à 40% en un an.





L'avenir


Le gros enjeu de Peugeot est la citadine 208. Lancée au printemps, elle cumulerait "déjà 72.200 commandes cumulées en Europe", dont la moitié en France. Cinquième des ventes en France en juin, elle sera renforcée par deux moteurs qui gonfleront le catalogue et la mettront sur un rythme de croisière. Et à l'international, PSA mise beaucoup sur les nouvelles berlines compactes Peugeot 301 et Citroën C-Elysée, aini que sur "une stratégie de montée en gamme et de globalisation". Quant au prochain plan d'économies, dont l'annonce est prévue normalement le 12 juillet, il pourrait être synonyme de suppression de 8.000 à 10.000 postes, et de la fermeture du site d'Aulnay-sous-Bois, et réduire les effectifs de Rennes (où la Citroën C6 va disparaître) et de Sevelnord.



Pas d'indications financières pour le moment. Et on attend également le bilan de Renault devant être moins alarmant.