PSA : un nouveau directoire pour la firme française

Voir le site Automoto

PSA Peugeot Citroen
Par Raphael SYLVESTRE|Ecrit pour TF1|2009-06-19T08:44:00.000Z, mis à jour 2009-06-19T08:44:00.000Z

La nouvelle composition du Directoire PSA Peugeot-Citroën ainsi que la nouvelle équipe de direction, présidés par Philippe Varin a été publié ce 18 juin. Petite mise au point.

Après seulement deux ans, c'est donc une nouvelle équipe qui prend en charge les destinées d'un groupe secoué par la crise mondiale, mais aussi par une crise de management interne. Autre nouveauté, Peugeot et Citroën partagent désormais une direction des marques commune dirigée par Jean-Marc Gales. Interrogé à ce sujet, PSA a précisé que cette manoeuvre avait pour but d'accélérer la différenciation des deux marques et de conforter l'approche internationale du groupe.


Christian Streiff, un manager contre-versé

La nomination de Christian Streiff à la tête de PSA Peugeot-Citroën en février 2007 avait surpris les milieux d’affaires. Cet homme de 53 ans alors, ingénieur des Mines, a d’abord effectué un long parcours chez Saint Gobain où il devait succéder à Jean-Louis Beffa ; mais il fut évincé en 2005. En juillet 2006, il est appelé par Airbus pour redresser l’entreprise, mais démissionne au bout de 100 jours, ne parvenant pas à se libérer de la tutelle de la maison mère, EADS. Fin 2006, il succède à Jean-Martin Folz chez PSA.

Dès son arrivée, le nouveau PDG met en place un plan d’économie destiné à économiser 2.4 Milliards d’euros (Plan Cap 2010). Son style est direct, et tranche avec la rondeur de son prédécesseur. Streiff va vite, communique peu et bouscule les habitudes. Des cadres dirigeants le supportent mal et plusieurs quittent l’entreprise, dont les directeurs de la marque Citroën ; de PSA Finance ; et des Ressources Humaines. L’entreprise est déstabilisée mais Christian Streiff ne change pas de cap ni de style, dans un contexte ou l’industrie automobile commence à se fragiliser à l’échelle planétaire.

Au printemps 2008, il est victime d’un accident vasculaire cérébral qui l’éloigne de ses fonctions deux mois durant. A son retour, la crise commence à secouer l’économie mondiale. Son plan de restructuration est dépassé par les événements et le climat du management est de plus en plus tendu. Début 2009, la rumeur de son départ enfle à l’annonce des résultats 2008 (343 Millions d’euros de perte).

Le 29 mars, le Conseil de Surveillance de PSA, présidé par Thierry Peugeot, décide de mettre un terme à ses fonctions en raison de choix stratégiques jugées « infructueux ».
Une nouvelle fois, ce patron atypique aura été écarté du pouvoir, victime sans doute d’un contexte économique particulièrement difficile, mais aussi en raison de son mode de management.


Philippe Varin, un manager discret mais efficace

Brillant industriel de 56 ans, diplômé de Polytechnique et des Mines, Philippe Varin arrive le 1er juin au sommet de PSA Peugeot-Citroën auréolé de ses succès dans la sidérurgie. Il a travaillé vingt ans chez Pechiney, puis a pris la direction de Corus qu’il a redressé en 3 ans avant de la céder par O.P.A amicale à l’indien Tata Steel pour un montant 15 fois supérieur à sa valeur initiale. Il a également présidé la Fédération Européenne de la Sidérurgie, Eurofer.

Il est l’antithèse de Christian Streiff, calme, direct mais peu autoritaire et très à l’aise politiquement. Il a pris le temps de diagnostiquer l’état de l’entreprise, notamment au plan humain, en profitant de l’intérim conduite par Roland Vardanega.

La liste des membres du Directoire indique clairement, par leurs fonctions, les grandes orientations stratégiques : coordination et synergie des marques, développement technique et industriel, déploiement stratégique ancré autour des activités financières.

Plus révélateur encore, la composition de l’équipe de direction, entièrement nouvelle, est plus restreinte que la précédente. Le Comité de Direction Générale ne comprend que trois directeurs (outre les cinq membres du Directoire), dont le directeur des achats, et surtout le directeur des Ressources Humaines, ce qui témoigne ainsi des priorités et des prépondérances du nouveau P.D.G.

Quatre directeurs sont ensuite rattachés au Président, dont deux responsables de zones géographiques (Chine et Amérique Latine) ; les deux autres étant en charge de la communication et des cadres dirigeants (là aussi, ces choix laissent entrevoir les priorités). Enfin, la Direction de la marque Citroën est placée sous la supervision de la marque Peugeot, et de son Directeur également Directeurs marques (avec un « s » à marque).


Une volonté d’apaisement par l’équilibre


Il est naturellement trop tôt pour apprécier le management de Philippe Varin et de son équipe, mais les actionnaires ont clairement fait le choix de l’apaisement en nommant un homme compétent au double plan industriel et managérial. Il lui appartiendra certainement de préparer PSA à la sortie de crise, en développant notamment des stratégies d’alliance qui semblent inéluctables dans le secteur, et particulièrement chez PSA.