PTS - Le tuning prend de l'ampleur

Voir le site Automoto

PTS 2009
Par Bertrand QUERNE|Ecrit pour TF1|2009-02-19T10:05:00.000Z, mis à jour 2009-02-19T10:05:00.000Z

Le phénomène de la personnalisation des véhicules a élargi son audience et conquis un plus large public qui intéresse aujourd'hui des constructeurs présents au Salon PTS, rendez-vous annuel des passionnés du "tuning" qui se tient jusqu'à dimanche au Parc des Expositions du Bourget.

Le Salon de la personnalisation, des technologies et des sports mécaniques, dont la nouvelle appellation veut refléter la diversité du "tuning", réunit de jeudi à dimanche quelque 180 exposants et attend 120.000 visiteurs."Le tuning, dans ses codes, a été repris par une grande partie des acteurs de l'automobile et de la moto" qui ont "intégré cette démarche", souligne Eric
de Seynes, directeur du salon.

Pour sa onzième édition, le salon PTS accueille quatre constructeurs automobiles, dont pour la première fois Renault, qui présente deux "show-cars" Twingo réalisés par son équipe design. Des éléments additionnels de carrosserie, deux teintes de peinture, une finition mate tranchant avec la traditionnelle laque: le constructeur propose, sur ses deux Twingo spéciales, des évolutions qui lui paraissent "industrialisables" et pourraient être reprises dans des séries spéciales.

Renault veut ainsi "répondre à une attente" après avoir fait le constat que sur les 140.000 Twingo nouvelle version vendues depuis juin 2007, quelque 15% ont fait l'objet d'une personnalisation, explique Philippe Boy, responsable de communication du constructeur. L'objectif est de "tester des pistes graphiques auprès du public" et "la Twingo s'y prête", ajoute M. Boy. Renault a déjà une offre de personnalisation, mais veut désormais l'accélérer, notant qu'il s'agit aussi d'un marché. D'autres constructeurs, le coréen Kia, la japonais Mazda et l'italien Abarth (Groupe Fiat), présentent au salon PTS des séries spéciales ou leur gamme d'accessoires et d'équipements.

Le marché du tuning, qui a "presque vingt ans d'existence" a acquis "une maturité", mais la pratique a aussi évolué, souligne le directeur du salon. Le tuning reflèterait aujourd'hui une "recherche de satisfaction et d'épanouissement personnels", avance M. de Seynes. De fait, la personnalisation est dans l'air du temps et se retrouve aussi bien dans des objets usuels comme les téléphones portables ou dans l'équipement de la maison.

Dans l'automobile, l'une des grandes tendances tient à l'esthétique et au confort, explique-t-il. Si "l'exubérance" extérieure est moins en vogue aujourd'hui, l'aménagement intérieur reste une des directions privilégiées, notamment l'équipement audio et video et l'électronique (géolocalisation, téléphonie portable), note le directeur du salon. L'autre facette est tournée vers "l'efficacité et la performance" du véhicule dans un aspect plus sportif.

Patrick Lhoste, PDG de Cesam, leader du marché français des accessoires, souligne l'importance aujourd'hui du "traitement des matières et des couleurs" pour l'aspect extérieur, avec des peintures mates ou l'utilisation de films carbone, ou encore des roues aluminium, tout en permettant que "la voiture garde son caractère d'origine".

M. de Seynes chiffre à 1 milliard d'euros par an en France le chiffre d'affaires des accessoires de véhicules, et les options représentent de 10 à 15% du prix de vente d'un véhicule neuf. Toutefois, "le secteur du tuning souffre" aussi de la crise, indique le directeur du salon, qui a noté "des regroupements dans les six derniers mois". Le patron de Cesam relève de son côté une certaine "baisse de la fréquentation" des clients chez les professionnels.

(avec agences)