Radars : les députés UMP n'ont pas "tort" selon Jacob

Radars : les députés UMP n'ont pas "tort" selon Jacob
Hier, environ 80 élus UMP envoyé une lettre à François Fillon sur la question des radars. Aujourd'hui, Christian Jacob soutien sur RTL la contestation des mesures de la Sécurité Routière.
Les mesures sur la suppression de panneaux de radars divisent l'UMP, 80 élus et C. Jacob s'y opposent.


La lettre

Hier lundi 23 mai, 73 députés s'étaient rassemblés pour contester le nouvelles muserues de la sécurité routière, et notamment la question de la suppression de panneaux de radars. Dans cette lettre, on pouvait y lire par exemple : " Nous insistons sur le fait qu'il ne s'agit pas d'une simple mauvaise humeur passagère mais bien d'une profonde exaspération ", en citant "les milliers de courriels" recueillis. Se sont rajoutés une poignée de nouveau élus, amenant le chiffre à environ 80.


Soutien de Jacob

Plus que les élus, c'est le président du groupe UMP à l'Assemblée Nationale, Christian Jacob qui prend la parole sur le sujet et prend leur défense. Il était sur RTL ce matin : " Ils n'ont pas tort [...] On aurait du avoir recours à la concertation dans cette affaire et on aurait gagner du temps [...] Avant de démonter un panneau indicateur de radar, interrogeons-nous sur son efficacité !".

Des panneaux pédagogiques ?

C. Jacob réinsiste sur cette suppression des panneaux de radar, dont il a appuyé "la notion pédagogique, Ces panneaux ont été installés dans cette esprit-là." Il se pose la question sur les cas individuels des panneaux : "Avant le démontage d'un panneau, il faut que se l'on pose la question : est-ce qu'il remplit oui ou non cette mission pédagogique ?".


Et les avertisseurs de radars ?

Sur la question de ces boîtiers qui fait aussi réagir vivement les automobilistes, le président du groupe UMP demande la "mission d'information de façon à ce que avant qu'on prenne un texte législatif sur les avertisseur de radars, que l'on puisse regarder l'ensemble du dispositif en matière de sécurité routière". L'interdiction critiquée par l'AFFTAC n'est pas prête d'être appliquée.



Selon vous, doit-on enlever ces panneaux ? Et croyez-vous aux radars pédagogiques ?

News associées