Les radars double-face en expérimentation sur les routes françaises

Voir le site Automoto

Le radar de Saint-Avertin est le radar le plus rentable de France
Par Guillaume HENAULT-MOREL|Ecrit pour TF1|2014-12-13T09:06:00.000Z, mis à jour 2014-12-13T17:41:35.000Z

Depuis vendredi, un premier radar "double-face" est expérimenté dans le Rhône. Son objectif ? Réduire le taux d'images non exploitables en photographiant les deux faces du véhicule. Une amélioration technique qui ne manque pas de relancer le débat sur l'utilisation des radars automatiques.

Les automobilistes qui ont emprunté la départementale 301, une bretelle d'accès de l'A7, dans le sens Lyon-Marseille ont été témoins d'une première nationale au niveau de la commune de Feyzin. Un nouveau radar a été installé. Il est d'une taille proche de ceux de dernière génération mais dispose de deux objectifs pour prendre des clichés du devant et derrière d'un véhicule. Une nouveauté dans les dispositifs de sécurité routière.

Test pendant trois mois
Comme toute expérimentation, la Sécurité routière a décidé de prendre plusieurs zones tests pour essayer ces nouveaux appareils. Le Rhône n'est pas le seul département concerné puisqu'à partir du début du mois de janvier, deux radars « double-face » seront déployés à Saint-Laurent d'Arce (Gironde) et à Nice. « Si les résultats de l'expérimentation s'avèrent concluants, un marché de déploiement pourrait être lancé en 2016 » précisent les autorités. A noter qu'aucun procès verbal ne sera dressé durant cette phase en cas d'excès de vitesse devant ces radars en attendant leur possible homologation.

38% d'images inexploitables
Cette innovation technique est le résultat direct d'une défaillance des modèles précédents. En effet, la Sécurité routière reconnaît que 38% des clichés réalisés ne sont pas exploitables, soit plus d'un excès de vitesse sur trois. Le double flash est de nature à réduire sensiblement ce chiffre puisqu'il permettra également d'avoir un aperçu du conducteur et non de sa plaque d'immatriculation uniquement. Une manière aussi d'augmenter les recettes liées à ces radars en limitant les erreurs techniques.

La grogne d'association
La simple annonce du début de l'expérimentation a suffi pour provoquer une première réaction négative de la part de l'association 40 millions d'automobilistes qui estime que cette mesure « s'en prend encore une fois au porte-monnaie des automobilistes plutôt qu'à leur sécurité ». Elle estime également que des progrès devraient davantage être réalisés dans la prévention contre l'alcool et la somnolence au volant.

Cette décision intervient alors que l'année 2014 devrait être, selon les prévisions, plus meurtrière sur les routes qu'en 2013. Cela serait une première augmentation après douze années de baisses successives.