Radars Européens : La Belgique

Voir le site Automoto

Photo Radar Belge
Par Julien LECORNU|Ecrit pour TF1|2009-05-25T16:32:00.000Z, mis à jour 2009-05-25T16:32:00.000Z

Comme en France, la Belgique multiplie les contrôles de vitesse, mais différemment. Conséquences : les recettes ont plus que doublées en seulement quelques années. Explications.

En Belgique, les contrôles routiers, ce sont avant tout de nouvelles technologies. Le plat pays possède par exemple la poubelle la plus lucrative du monde (voir photo). Elle est en effet capable de relever plus de 400 infractions en moins d'une heure, chaque flash résonne comme un tiroir caisse.

Mais les belges vont encore plus loin. Conscients que les automobilistes ralentissent à l'approche des radars fixes, ils utilisent des systèmes capables de calculer la vitesse moyenne d'un véhicule sur plusieurs kilomètres.
Benoit Godart, porte-parole de l'institut belge pour la sécurité routière nous explique comment cela fonctionne : « Ces radars prennent la vitesse des voitures sur plusieurs kilomètres, donc en d'autres termes, il y a une caméra qui note la plaque de la voiture lorsqu'elle pénètre sur le tronçon et qui re-note cette plaque lorsqu'elle sort du tronçon. Elle calcule instantanément la vitesse. Si la voiture a mis trop peu de temps pour parcourir la distance, un PV est automatiquement envoyé aux services de Police. »

En Belgique, la recette des amendes routières est passée en quelques années de 40 à 100 millions d'euros. Une explosion des contrôles qui poussent les policiers eux-mêmes à s'interroger sur l'utilité de cette répression. Alain Ysebaert, Vice-président du SLFP (syndicat de Police) : « Ce qui alimente le débat, ce sont les radars statiques sur des routes qui ne garantissent manifestement pas plus de sécurité. On se pose alors la question de savoir si l'on n'est pas là pour faire du rendement au niveau économique ».

Autre polémique, la différence des contrôles entre le nord et le sud du pays. Si vous traversez le royaume, vous aurez intérêt à lever le pied au nord : Seuls 150 radars sévissent en Wallonie contre plus de 1.500 en Flandre.
Une Belgique coupée en deux, même en matière de sécurité routière.