Radars : Le seuil de tolérance diminue

Voir le site Automoto

Radars Automatiques - AutoMoto
Par Raphael SYLVESTRE|Ecrit pour TF1|2009-07-07T09:04:00.000Z, mis à jour 2009-07-07T09:04:00.000Z

Les automobilistes n'auront désormais plus le droit à l'erreur. Selon l'association 40 millions d'automobilistes, les limites de tolérance de l'ensemble des radars français ont été revues à la baisse.

La marge de tolérance des radars automatiques neufs ou réparés a été abaissée le 4 juin dernier, selon un communiqué diffusé lundi par l'association 40 millions d'automobilistes, qui dénonce un risque de confusion. Cette marge de tolérance, fixée à 5% pour les radars déjà en service, passe à 3% pour les nouveaux radars.

Cette nouvelle mesure, fixée par un arrêté du 4 juin 2009, a été publiée au Journal officiel le 23 juin dernier. Concrétement, la marge de tolérance applicable aux radars fixes neufs ou réparés passe à plus ou moins 3 km/h, pour les vitesses inférieures à 100 km/h, ou de plus ou moins 3% de la vitesse, pour les vitesses égales ou supérieures à 100 km/h.

Jusque-là, la marge de tolérance des radars automatiques était de plus ou moins 5 km/h, pour un véhicule circulant à moins de 100 km/h, et de plus ou moins 5% de la vitesse pour un véhicule roulant au-delà de 100 km/h.


Des automobilistes encore plus exposés

Pour René Queffélec, Président de l'association, "ce foisonnement de textes va une nouvelle fois porter préjudice à l'automobiliste qui sera encore plus exposé au risque d'une verbalisation excessive ou abusive sinon même illégale, qu'il ne comprendra pas et n'acceptera pas !".

"Comment l'automobiliste pourra t-il s'assurer de l'application de la bonne marge de tolérance pour le radar qui l'aura verbalisé ? Comment les forces de l'ordre vont-elles pouvoir écarter les risques d'erreur, en manipulant chaque année plusieurs milliers d'appareils différents ?", ajoute Rémy Josseaume, Président de la commission juridique de 40 millions d'automobilistes.

Dans un communiqué, l'association demande l'uniformisation des procédures de contrôle, afin d'éviter que les conducteurs "ne se sentent encore plus piégés".