Dans l'actualité récente

Red Bull – Mateschitz accuse Renault

Voir le site Automoto

Red Bull F1 Team - Daniel Ricciardo - Australie
Par Stéphanie OLIVERO|Ecrit pour TF1|2015-06-20T08:04:06.372Z, mis à jour 2015-06-20T08:08:47.146Z

Dietrich Mateschitz, copropriétaire de la marque Red Bull, a accordé une interview ce jeudi à nos confrères allemands de Speedweek dans laquelle il s’attaque à Renault ; motoriste qu’il juge responsable des mauvais résultats de son équipe.

Depuis le début d’année, les « Red Bull sont réduites au rang de pauvres figurants » selon ses propres termes. Au Championnat du Monde, les RB11 sont non seulement devancées par les deux Mercedes mais aussi par les Ferrari et les Williams. Daniel Ricciardo n’occupe que le 7e rang (35 points) avec pour meilleur résultat une 5e place au GP de Monaco ; soit à peine mieux que son coéquipier Daniil Kvyat. Le Russe ne pointe en effet qu’en 8e position (19 points). Classé 4e en principauté, le jeune pilote a aussi dû abandonner par deux fois sur problèmes techniques : en Australie (boîte à vitesses) et Chine (moteur).

« Renault a détruit notre joie d’être en F1 »

Devant de tels résultats, Red Bull ou plus exactement Diestrich Mateschitz se dit exaspéré : « Mis à part le fait de nous faire perdre notre temps et notre argent, Renault a détruit notre joie d'être en Formule 1 et notre motivation, déclare Mateschitz ce jeudi, à la veille du GP d’Autriche. Aucun pilote et aucun châssis ne peut compenser le déficit de puissance auquel nous faisons face pour le moment. Nous avons déjà utilisé nos quatre moteurs, ce qui signifie que nous serons pénalisés sur la grille de départ de notre épreuve nationale. »

Quel avenir ?

En théorie Red Bull est engagé en Formule 1 jusqu’en 2020, mais le team pourrait décidé de mettre un terme à son contrat plus tôt, sachant que son association avec Renault court jusqu’en 2016. « Il y a un contrat concernant notre participation en Formule 1, mais combien d’écuries ont-elles quitté la F1 alors qu’elles étaient pourtant sous contrat ? Vous ne pouvez pas retenir quelqu’un s’il veut vraiment partir. » Et pas question non plus de se lier à Ferrari, pour le cofondateur de la marque : « Nous aurions un moteur qui serait suffisamment bon pour inscrire des points mais qui ne serait jamais assez performant pour battre l'équipe d'usine, explique-t-il. Avec un moteur client, vous renoncez à vos chances de devenir champion du monde, vous ne remporterez jamais le titre de cette façon. »

Renault a besoin de confiance

Renault, qui a pour habitude de répondre par presse interposée à Red Bull, s’était justement exprimé quelques jours plus tôt par l’intermédiaire de son directeur général Cyril Abiteboul. Le Français déclarait, dans les colonnes d’Autosport, vouloir sentir le soutien de ses équipes clientes : «Nous ne pouvons reconquérir le titre que si nous retrouvons confiance en nous. Les commentaires négatifs qui nous ont visés au début de la saison ne vont clairement pas dans ce sens et ils le savent. Leur attitude doit changer si nous voulons être meilleurs ensemble à l'avenir. »

A noter que Red Bull avait déjà attaqué Renault il y a un an : Helmut Marko, responsable de la détection des jeunes, avait en effet eu des propos très durs à l’encontre de la marque au losange pour les mêmes raisons.