Renault dément un projet de voiture ultra low-cost

Voir le site Automoto

Renault Pulse
Par Matthieu LAURAUX|Ecrit pour TF1|2011-11-23T13:50:00.000Z, mis à jour 2011-11-23T16:45:24.000Z

Après les révélations de La Tribune ce matin, Renault a démenti développer une voiture à 2.500 euros, mais ne nie pas concevoir une automobile à bas coût, mais pour l'Inde seulement.

Une future voiture Renault au prix de 2.500 euros ? Non selon le constructeur...


Ce matin, La Tribune pensait jeter le pavé dans la mare en annonçant un projet de future voiture ultra low-cost, et son prix canon de 2.500 euros. Cela n'a pas duré très longtemps, puisque quelques heures plus tard, Renault a démenti le développement d'une telle voiture, en soulignant que le prix est faux mais sans nier l'existence d'une prochaine automobile compétitive.


Cependant, le projet mené par Gérard Detourbet existe bien, mais pour la conception d'une voiture pour l'Inde, qui ne sera pas à très bas coût. Une porte-parole de la marque a indiqué que l'équipe irait "travailler sur des petites voitures qui se situerait en dessous, en taille comme en prix, de la Renault Pulse ou de la Nissan Micra mais sans tomber dans l'ultra low cost". La Tata Nano, vendue à environ 2.000 euros, peut dormir sur ses deux oreilles, sachant que la Renault aurait un tarif "nettement supérieur à 2.500 euros".

Renault Pulse 2011 arrière
Renault Pulse, spécialement pour l'Inde


En toute évidence, non. Le marché indien est très différent de l'Europe, avec une très grande majorité de petites citadines, et surtout à petits prix. Peu regardants sur la qualité et le confort, les clients indiens cherchent avant tout un véhicule compact et capable d'accueillir 4 personnes. La future voiture de Renault sera spécifiquement développé dans ce sens,mais n'aura pas de quoi s'importer en Europe, où la Twingo remplit bien son rôle, avant une future micro-citadine lancée en commun avec smart courant 2014.


Nous parlions de l'indien Bajaj, spécialiste des 2 et 3 roues indien avec qui Renault projetait de développer une voiture à très bas coût. "Bajaj doit travailler pour nous sur une voiture ultra low-cost mais aucun projet n'a été présenté qui réponde aux attentes de l'alliance" a révélé Renault.

Des précisions utiles pour la (ou les) futures Renault, qui semble donc miser gros sur l'Inde, à l'instar de Peugeot.