Renault investi en Chine : objectif 200.000 voitures par an

Voir le site Automoto

Renault Koleos Chine 2012
Par Matthieu LAURAUX|Ecrit pour TF1|2012-11-27T09:47:00.000Z, mis à jour 2012-11-27T10:48:23.000Z

Quasi inexistant sur le marché automobile chinois, le constructeur français compte bâtir son usine d'ici l'année prochain à Wuhan, et y construire 200.000 véhicules annuels.

Présent de façon anecdotique en Chine depuis 20 ans, Renault compte être un acteur majeur à partir de 2016.

Retard colossal
Cela fait une vingtaine d'années que Renault vend des voitures en Chine, mais de manière anecdotique puisque seulement quelques milliers de véhicules sont écoulés par an (24.000 en 2011), alors que le marché représente plus de 18 millions d'unités annuelles. Laissant la place à son allié japonais Nissan, le constructeur français a loupé le coche du marché automobile numéro 1 au monde. En comparaison, Nissan a vendu près de 900.000 unités en 2011, le premier restant GM avec 2,6 millions d'unités.


Première phase
Après avoir doublé son nombre de modèles disponibles au catalogue, Renault ne décolle pas, car ses modèles sont toujours importés et donc encore très chers en raison des taxes. Le Losange veut ainsi produire ses modèles sur place, et projette de construire une usine à Wuhan, non loin des 3 sites de PSA Peugeot Citroën. Première condition, établir une coentreprise (ou "joint-venture") avec une firme locale, cela est fait avec Dongfeng. Deuxième condition, cette fois en cours, l'approbation des autorités locales et gouvernement chinois.


Objectifs
Ensuite, la marque compte poser la première pierre de son usine fin 2013 au pire. Au mieux, la production de voitures en Chine estampillées Renault ne sera pas réalité avant 2015. Cependant, la Renault ajoute qu'elle espère fabriquer 150.000 unités la première année, puis 200.000 unités en vitesse de croisière. Le premier modèle serait le 4x4 Koleos, sans doute dans sa deuxième génération.

Renault peut peut-être compter sur l'appui de Nissan, qui décline fortement depuis quelques mois (-50%) à cause du conflit des îles Senkaku-Diaoyu, que se disputent la Chine et le Japon.