Renault : production de batteries en retard et l'Etat se désengage

renault-production-de-batteries-retard-l-etat-se-desengage-5134861
Les premières batteries Renault devaient sortir de l'usine de Flins en 2012, mais sont repoussées à 2014. De plus, l'Etat français annule son financement de 125 millions d'euros et son prêt de 100 millions.
Retard et absence de financement, l'usine de batteries électrique de Flins de Renault enchaîne les mauvaises nouvelles.

Immaturité


La production avait été initialement programmé "aux alentours du premier trimestre 2012" selon un porte-parole de la marque, mais Renault a indiqué qu'elle commencera finalement "au début de l'année 2014", suite aux premières information rapportées par la CGT le mois dernier. Le syndicat parlait même d'un éventuel report à 2015. Les causes ? Des "raisons techniques" pour la CGT et l'inexpérience de Renault-Nissan dans les technologies liées à l'electrique.



Modèles retardés ?

Les prochaines voitures électriques que sont les Renault ZOE et Twizy ne seront pas impactées par ce retard de production des batteries. La marque dispose de la coentreprise Nissan-NEC nommée AESC et du coréen LG lui permettant de fournir assez d'éléments en attendant le fonctionnement du site de Flins.

Voir les photos de la Renault Twizy


Indépendance

Renault a déclaré ne plus être concerné par le financement du site de Flins par l'Etat via son Fonds D'Investissement Stratégique (FSI), à hauteur de 125 millions d'euros. De plus, le prêt de 100 millins d'euros promis ne sera non plus pas effectif. Renault avoue y être pour quelque chose et précise que la marque cherchait un peu d'indépendance vis-à-vis de l'Etat français.


Un retard compensé et des financement annulés volontairement, Renault veut adoucir ses déboires mais l'image pourrait en être affectée.


News associées