Renault relève la tête

Voir le site Automoto

Renault Twingo 1.5 dCi
Par Raphael SYLVESTRE|Ecrit pour TF1|2009-04-01T09:02:00.000Z, mis à jour 2009-04-01T09:02:00.000Z

Après avoir subi la crise comme tout constructeur du secteur automobile, la marque au losange voit ses chiffres remonter. Une nouvelle rassurante qui sera peut-être confirmée ce mercredi 1er avril.

Le directeur général délégué de Renault, Patrick Pelata, a confirmé au matin de ce mercredi 1er avril sur RTL, les chiffres positifs au niveau des commandes pour l'Europe. Grâce notamment aux fameuses primes à la casse, elles seraient proches sinon égales aux nombre de commandes atteintes en 2008, comme en atteste le principal intéressé : « On fait en ce moment en commandes presque aussi bien, voire aussi bien, que l'année dernière sur l'ensemble de l'Europe pour les voitures de la gamme inférieure », « D'une certaine manière, nous sommes arrivés, nous pensons, au creux de la crise et l'entreprise est stabilisée ».

Avec une progression des ventes de quelques 5% en mars 2009, Renault va devoir accélérer sa production dans 6 de ses usines européennes. La firme française maintient également ses prévisions quant à la commercialisation de véhicules électriques en 2011 et 2012, et dont l'assemblage serait effectué à l'usine de Flins.

Même si « Renault va mieux » d'après les propres mots de Monsieur Pelata, la marque au losange devra encore faire preuve de beaucoup de prudence avant de s'estimer sortie d'affaire. Il lui faudra pour cela penser à se préparer sur le long terme et pallier à l'absence des primes à la casse, une fois la crise passée (toujours selon les paroles de l'interviewé).

Le directeur général s'est également exprimé au sujet de la crise et des accusations portées à l'encontre des dirigeants d'entreprises et a souhaité mettre contre les « boucs émissaires faciles » et d'ajouter au sujet des patrons : « Oui à l'éthique, mais non à la démagogie ».
Enfin, Patrick Pelata, alors interrogé par RTL sur Christian Streiff, a adressé toute sa sympathie à l'ex-responsable de PSA Peugeot-Citroën en déclarant avoir « beaucoup d'estime » pour l'homme et le dirigeant.