Renault uni à Bolloré pour l'électrique, une future citadine à l'étude

Voir le site Automoto

Les groupes Renault et Bolloré s'unissent pour la voiture électrique le 9 septembre 2014
Par Matthieu LAURAUX|Ecrit pour TF1|2014-09-09T10:31:00.000Z, mis à jour 2014-09-09T14:56:28.000Z

Le groupe automobile Renault accueille Bolloré dans sa stratégie pour l'automobile électrique, afin de fabriquer la BlueCar dans son usine de Dieppe dès 2015 et étudiant une petite voiture commune équipée des fameuses batteries lithium-polymère.

Leader de l'automobile électrique en Europe, Renault doit faire cependant avec des ventes en chute libre en France en 2014, la ZOE s'essoufflant après seulement un an de carrière. Le constructeur au losange se penche donc vers l'avenir, mais pas seul, puisqu'il tisse un partenariat avec Bolloré.


Autopartage et future micro-citadine au programme
Le groupe breton, connu pour son système d'autopartage Autolib' à Paris - exporté dans d'autres villes - et sa citadine 4 places Bluecar, est désormais lié à Renault, qui fabriquera ses voitures d'ici le second semestre 2015 dans l'usine de Dieppe, et non plus chez Pininfarina (qui avait dessiné l'auto). Egalement, une société co-gérée à 70% par Bolloré (et donc 30% par Renault) permettra l'introduction du quadricyle Twizy et à la citadine ZOE d'intégrer les services d'autopartage Bluely (Lyon) et Bluecub (Bordeaux).

Enfin, le plus important morceau de cette union sera l'étude d'un tout nouveau modèle. Fabriqué en France (reste à savoir quelle usine), cette voiture électrique sera une micro-citadine "plus petite que la Bluecar" (3,65 m) et probablement plus proche des 3 mètres, qui sera dotée de 3 places.

Concernant ses batteries, ce ne sera pas l'habituelle technologie lithium-ion, mais celle utilisée par Bolloré, le lithium-polymère, qui sera retenue pour une capacité de 20 kWh (cf Renault ZOE : 22 kWh).