Au revoir, Citroën C6

Voir le site Automoto

Citroën C6 2005
Par Matthieu LAURAUX|Ecrit pour TF1|2012-12-04T16:44:00.000Z, mis à jour 2012-12-04T17:23:37.000Z

La dernière voiture sortira des chaînes de Rennes la Janais le 19 décembre prochain. Après sept ans de carrière, la grande routière aux chevrons s'éclipsera dans l'indifférence totale.

N'ayant pu lutter face aux allemandes, malgré son originalité, la Citroën C6 disparaîtra en fin de mois.

Déclin rapide
Il y a longtemps déjà que la fin de la C6 était programmée. Car dès le début de sa commercialisation, en 2005, tout le monde ou presque savait que le défi était gigantesque : rivaliser avec les grandes allemandes. Sauf que les ventes n'ont jamais décollé, même en France, où encore seulement 922 exemplaires durent écoulés en 2011. Sur l'ensemble de sa carrière, moins de 20.000 unités auront trouvé preneur, dont les présidents de la République Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy, ainsi que nombre de ministres.


Top mais flop
Et pourtant, ses lignes originales ont plu, tirées du concept Lignage de 1999 (peut-être trop ?), bien loin du conservatisme germanique et rappelant la CX, tout comme le confort à la française assuré par la royale suspension hydropneumatique. Or le prix de la C6 tout aussi élevé que les teutonnes (environ 50.000 euros) et de trop justes moteurs (240 ch maximum) ont probablement eu raison d'elle.


Aucun haut de gamme français
Cette fin de la Citroën C6 illustre très bien l'incapacité des nos trois marques françaises à réintégrer le haut de gamme automobile. Renault a abandonné la VelSatis après seulement 5 ans de pari esthétique, pour revenir à une Latitude, une Laguna revisitée par Samsunsg et réimportée en Europe. Peugeot avait la classique 607, qui est restée longtemps en tête de la catégorie, mais la marque n'a que peu renouvelé la gamme et n'a jamais cru à une remplaçante.


Un espoir ?
Enfin Citroën, peut-être seul espoir avec sa nouvelle ligne DS, a apporté une DS5 encore loin d'une routière, mais une future grande berline type DS9 inspiré du concept Numéro 9 suffirait à raviver la flamme. Mais nous aimerions qu'elle soit vendue ailleurs qu'en Chine, le pays prioritaire, et que sa gamme soit aussi compétitive que les allemandes.

La suite peut-être en 2013 en espérant une nouvelle grande routière flanquée des chevrons, avec si possible l'audace qui a fait le succès de l'ancêtre DS.