Rinspeed Budii Concept 2015 : la voiture autonome se perfectionnera à Genève

Voir le site Automoto

Rinspeed-Budii-Concept-2015-12
Par Matthieu LAURAUX|Ecrit pour TF1|2015-02-16T14:39:00.000Z, mis à jour 2015-02-16T15:40:37.000Z

Basée sur la compacte électrique BMW i3, le prototype Budii du suisse Rinspeed apporte une technologie autonome avancée au Salon de Genève 2015, et surtout une interaction homme-machine avancée.

L'entreprise suisse Rinspeed a pour habitude depuis des décennies de nous faire rêver, de proposer des technologies très originales à chaque édition du Salon de Genève. Cela va des voitures nostalgiques des années 1990 (Mono Ego, Roadster) aux voitures amphibies Splash/sQuba dans les années 2000 à la voiture se rétrécissant pour mieux se garer (Presto de 2002) aux technologies électriques ou électroniques à partir des années 2010.

>> Voir les photos du concept Rinspeed Budii


Autonome, et plus encore
Pour 2015, Rinspeed continue d'étonner avec son prototype Rubii. Comme ces dernières années, la base n'est pas nouvelle, ici une BMW i3, or tout a été repensé. D'abord, la carrosserie s'élargit avec ses voies, adopte plus une gueule de Range Rover Evoque que d'i3 et -très gadget - les poignées disparaissent au profit d'ouverture à bouton tactile. Ses suspensions pneumatiques permettent en outre de faire évoluer la hauteur de caisse sur 10 cm selon le terrain pratiqué, l'arrière disposant d'un panneau semi-transparent incorporant clignotants et messages d'avertissement pour les véhicules suivants. Et puis l'on remarque l'excroissance sur le toit, en réalité un périscope intégrant un système de caméra et de lasers gérant la conduite autonome.

Et oui, en plus d'être électrique, cette Budii peut se mouvoir sans l'aide du pilote, interagissant parfaitement avec l'extérieur, du caillou sur le bord de la chaussée à l'ambulance déferlant devant le véhicule sans prévenir. Et bien sûr, elle peut aller se garer seule. Le prototype Rinspeed est censé apporter une nouvelle interaction homme-machine.

"La conduite autonome requiert plus que des problématiques techniques ou juridiques dans les deux prochaines décennies" souligne le président de la société, Frank M. Rinderknecht, "nous dévons également redéfinir l'interaction entre l'Homme et la machine, mais cela soulève aussi des questions dans le domaine de la responsabilité, de la tolérance et des attentes." Toutefois, il prend un certain recul face à ce nouveau type de transport : "Même la meilleure technologie ne sera pas parfaite, bien qu'elle soit moins soumise à l'erreur que l'humain. C'est quelque chose que nous devrons accepter. Nous devrions non pas donner une confiance aveugle, mais une confiance saine aux capacités des matériels et logiciels".


Connectée, et même marrante ?

Dans le cockpit, rien à voir avec une austère voiture aux plastiques noirs. Tout y est déjà épuré, avec une ambiance orange/gris très "biodesign" digne du début des années 1990, car la planche de bord n'existe pas. Seul un écran central vertical façon Tesla Model S sert d'interaction avec la voiture, tandis que le volant au bras articulé peut être disposé à gauche ou à droite. Adieu la notion de place conducteur et passager.

Connectée, la Budii connaît les habitudes de ses occupants et anticipes les besoins (ambiance lumineuse, etc). Elle adopte également les avancées de nos téléphones portables, comme le paiement à distance "NFC" pour les péages ou parking, alors que nos smartphones peuvent être rechargées sans fil et livrer leur contenu en une seule pression sur un bouton. Encore mieux, deux objets électriques, entre la trottinette et le Segway, sont disposés à l'arrière et peuvent poursuivre la mobilité urbaine propre.

Pour finir, Rinspeed a introduit une petite dimension sympathique à son volant "Buddie", dansant lorsque les batteries approchent de la réserve.