RM Sotheby's Monterey 2015 : une vente aux enchères à 150 millions d’euros !

Voir le site Automoto

Ferrari 250 LM 1964 RMAuctions
Par Matthieu LAURAUX|Ecrit pour TF1|2015-08-17T12:15:54.235Z, mis à jour 2015-08-17T12:59:55.566Z

RM Sotheby's a réalisé l’une des plus grandes ventes aux enchères automobiles à Monterey (États-Unis), avec notamment la collection « Pinnacle Portfolio », dont la pièce maîtresse Ferrari 250 LM s’est vendue à près de 16 millions d’euros.

Ce weekend, a eu lieu l’une des plus belles ventes aux enchères automobiles de l’histoire, comptant pour plus de 170 millions de dollars soit plus de 150 millions d’euros. Menée par RM Auctions et Sotheby’s, l’évènement s’est tenu à Monterey (Californie, États-Unis), à l’occasion de la semaine automobile réunissant également le concours d’élégance de Pebble Beach et The Quail, où ont été dévoilées les BMW M4 GTS et Lamborghini Aventador SV Roadster.

Une Ferrari 250 GT face à la F12 dans le No Limit Automoto :

Des automobiles exceptionnelles

Dans les différents lots, figurait la surnommée « The Pinnacle Portfolio », une collection tenant 25 voitures de prestiges, ayant chacune son histoire, sa légende, son style inimitable ou performances hors du commun. Après 3 jours de mises, l’ensemble s’est écoulé pour 75,4 millions de dollars soit près de 68 millions d’euros.

Parmi les différents véhicules, la Ferrari 250 LM 1964 a obtenu le plus gros montant, avec 15,9 millions d’euros, la McLaren F1 LM de 1998 (1 des 2 exemplaires existants) suivant avec 12,4 millions d’euros. N'ayant pas atteint le prix de réserve, la Ferrari 250 GT LWB California Spider 1959 a finalement trouvé preneur en marge à 7,7 millions d’euros. Le dernier exemplaire de la Ferrari Enzo, le 400ème offert au Pape Jean-Paul II en 2005, a été vendu à 5,45 millions d’euros.

En parallèle, toujours sous la couple du duo RM Auctions-Sotheby’s, s’est vendue la plus chère Jaguar de tous les temps, une des 3 C-Type Works Lightweight produites en 1953, à un prix de 11,9 millions d’euros, tandis qu’une autre Ferrari, une 250 GT Tour de France de 1956 a trouvé preneur à 11,9 millions d’euros.