Dans l'actualité récente

Roborace : les mensurations et le "cerveau" de la RoboCar dévoilés !

Voir le site Automoto

roborace nvidia 1
Par Florent REYNE|Ecrit pour TF1|2016-04-07T08:45:32.814Z, mis à jour 2016-04-07T09:03:35.790Z

La RoboCar autonome exploitera un supercalculateur conçu par Nvidia : le Drive PX2, dévoilé lors du CES 2016 à Las Vegas. La ligue sportive en profite pour présenter la taille de son bolide.

Nvidia comptait booster les capacités des voitures autonomes, avec son nouveau partenariat avec la Roborace, elle aura le moyen de le prouver. 


Quelles mensurations pour la RoboCar ?

La semaine dernière, la nouvelle ligue sportive, la Roborace, a annoncé qu’elle serait la catégorie de soutien pour la Formule E, Au total, 10 équipes s’affronteront, et elles auront chacune deux voitures électriques et autonomes. Il y aura des courses d'une heure au cours de chacun des ePrix (dont celui aux Invalides, à Paris). Désormais, quelques caractéristiques des RoboCar ont été dévoilées. Le bolide fera 4,8 mètres de long, 2 mètres de large, et aura un empattement de 2,8 mètres. 

Par rapport à une voiture de course de Formule E, un véhicule Roborace va être 200 mm plus court et 200 mm plus larges. Le bolide autonome devrait peser une tonne, soit 112 kg de plus qu'une Formule E(conducteur compris). 


Drive PX 2 : kezako ? 

La RoboCar n’a pas de pilote pour la diriger durant la course. La seule différence réelle entre tous les modèles réside dans la qualité des algorithmes utilisés par les ingénieurs pour assurer la conduite autonome le temps de la course. Désormais, le cerveau de la voiture est connu, et il s’agit du Drive PX 2 présenté par Nvidia lors du CES 2016. Ce supercalculateur est équipé de 12 cœurs, capable de fournir 8 Teraflops de puissance de calcul, « l’équivalent de 150 MacBook Pro » classique, a souligné Jen-Hsun Huang, le PDG de Nvidia. 

Le Drive PX 2 consomme 250 Watts d'électricité ce qui signifie que les Roborace risque de consommer nettement plus qu’une Formule E. Enfin, le PX2 est capable d’analyser en temps réel les images capturées par une dizaine de caméras autour du véhicule et reconnait plus de 120 millions d’objets en une fraction de seconde. De quoi organiser des tactiques intéressantes pour les écuries de Roborace.