Salon de Genève 2010 : Audi A1 e-tron

salon-de-geneve-2010-audi-a1-e-tron-0377570
Au Salon de Genève, Audi dévoile un incontournable concept "propre" et forcément hybride : L'Audi A1 e-tron.

Basé sur la dernière citadine polyvalente du constructeur bavarois, l’Audi A1 e-tron, qui joue la carte de l’originalité, mérite pourtant mieux que des sarcasmes.

Sous le capot
Animée par un bloc électrique développant une puissance de 102 chevaux (75kW), la petite e-Tron, qui abat le 0 à 100 km/h en 10.2 secondes, fait montre d’une réelle vigueur. En revanche, le talon d’Achille de la voiture restait l'autonomie, limitée à une distance critique de 50 km.

La batterie
Pour éviter d’encombrer leur citadine compacte et légère par un arsenal de batteries surdimensionnées, les ingénieurs d’Ingolstadt ont donc choisi une simple batterie 12 kWh et opté pour la génération d’énergie « embarquée », comme sur la Chevrolet Volt.

Retour vers le futur…
La compacité, critère particulièrement crucial sur une citadine d’un tel gabarit, a ainsi conduit les développeurs à jeter leur dévolu sur un moteur thermique … rotatif ! Une technologie qui nous projette un demi-siècle en arrière, au temps ou la NSU Spider, première automobile commercialisée avec un moteur Wankel en 1963, positionnait la future firme Audi comme pionnier du rotatif.

Etonnant à plusieurs titres
Ce moteur rotatif de 254 cm3 développant 20 chevaux à 5.000 trs/min, tapi à l’arrière, est dissimulé sous le plancher du coffre. Uniquement destiné à fonctionner en générateur, il alimente des batteries Lithium ion qui fournissent de l’énergie pour le moteur électrique.

L’ensemble, qui ne consomme que 1.9 L/100 km, parvient à cantonner ses émissions sous les 45 g/km.



News associées