Salon de Genève 2014 : Lamborghini Huracán LP 610-4, la sportive mature

Voir le site Automoto

La Lamborghini Huracan LP 610-4 au Salon de Genève 2014
Par Matthieu LAURAUX|Ecrit pour TF1|2014-03-04T07:00:00.000Z, mis à jour 2014-03-04T09:35:45.000Z

Toujours impressionnante mais moins spectaculaire, le coupé succédant à la Gallardo s'offre le patronyme de Huracán LP 610-4, grimpant dans les sphères de la puissance via un V10 recyclé de la Gallardo.

Dix ans de carrière, 14.022 exemplaires vendus, après deux restylages, de nombreuses séries spéciales, des versions de compétition, la Gallardo est entrée dans la légende de Lamborghini malgré avoir été dans l'ombre de la grande soeur Murciélago puis de l'Aventador après 2011. Difficile donc de prendre le relais après tant de réussite, c'est à cela que s'attellera la prochaine Huracán, dévoilée ce mois de mars à Genève.


> Voir la Lamborghini Huracan LP 610-4 en photos officielles

Le style facile ?
Devant un tel exercice, Lamborghini n'a pas pris de risques en bâtissant une véritable "baby-Aventador". Les lignes sont aussi tendues que simples, moins "violentes" que la LP 700-4, presque un air de déjà-vu sur la partie avant.

Même si la Huracán sera indéniablement capable de faire tourner le têtes, et ce quelque soit sa couleur, la déception est tout de même palpable face à la démesure dont a fait preuve la firme de Sant'Agata Bolognese au moyen des Sesto Elemento, sa note d'intention pour les années à venir, de la Veneno au style alienesque ou l'Egoista, auto-cadeau des 50 ans à l'allure d'avion de chasse.

Quand bien même, nous nous prenons à voir et revoir les optiques à diodes en Y, la découpe des grandes bouches du faciès, le pavillon s'effaçant pour laisser des ouïes d'aération pour le moteur ou ses fins feux arrière. Au final, tout est bien exécuté, or cela est trop pur en repensant aux turbulentes et caractérielles Countach et Diablo.


Le V10 reconduit
Ce ressenti est identique une fois tournés vers la mécanique. Pas seulement parce qu'elle est issue de la Gallardo ou partagée avec l'Audi R8, le 5,2 litres V10 est noble sur le papier et n'exprime finalement qu'une rage étouffée, comme un cri n'allant pas chercher les derniers millilitres d'airs dans les recoins des poumons. Car oui, la marque transalpine nous offre déjà la mélodie de son bolide sur son compte Soundcloud (si si !), envoyée avec les 610 chevaux au régime de 8.250 tr/min.

A travers la boîte double embrayage "LDF" 7 rapports et les quatre roues motrices, la Huracán expulse le 0-100 km/h en 3,2 secondes, franchit les 200 km/h en moins de 10 secondes et vient lécher les 325 km/h en pointe. Des performances à accorder au moteur, oui, mais également au corps de l'auto aluminium/carbone ne pesant que 1.422 kg, pas plus lourd que la Gallardo.

Face à cela, les 12,5 l/100 km demandés en moyenne sont anecdotiques, tout comme les 290 g/km de CO2 entraînant le malus de 8.000 euros. Car le coupé italien subit une belle inflation vis-à-vis de se devancière, affichant un tarif de 203.400 euros en France.

Sans l'avoir en mains, la Lamborghini Huracán nous donne assez de clés pour s'en faire une idée déjà très précise. Mais si sa présence ici au Salon de Genève (4-16 mars) est la première étape publique, le commencement interviendra sur route et sur piste afin de juger de la nouvelle direction dynamique "LDS" ou de ses suspensions magnétiques.