Dans l'actualité récente

Sarkozy en 2007 : "Il n'y aura pas de suppression des panneaux !"

Voir le site Automoto

Les radars
Par Matthieu LAURAUX|Ecrit pour TF1|2011-05-20T10:47:00.000Z, mis à jour 2011-05-20T10:56:18.000Z

Cette semaine, il insiste sur leur suppression malgré la contestation. A quelques jours de son arrivée à l'Elysée, le 3 mai 2007, Nicolas Sarkozy défendait les panneaux de radar sur RTL...

Retour de veste du Président de la République, Sarkozy défenseur des panneaux de radars les fait supprimer aujourd'hui.



Seulement 8 jours après l'annonce de la mesure, l'arrêté concernant le dispositif lié aux radars était publié au Journal Officiel hier par le ministère de l'Ecologie et des Transports : "L'alinéa relatif aux panneaux SR3a et SR3b est supprimé". Pour rappel, il n'y avait pas besoin de décret puisque aucun texte n'avait été écrit pour leur mise en place.


Nicolas Sarkozy, encore ministre de l'Intérieur à la date des faits, était interviewé par RTL le 3 mai 2007 autour du second tour des élection présidentielles. Il livrait son avis sur la question des radars : "Il n'y aura pas de suppression des panneaux !".


Il a été à l'origine de la prise de décision des nouvelles mesures, annoncées par le gouvernement Fillon à la suite du comité interministériel du mercredi 11 mai dernier. Il confirmait et insistait sur cette mesure de suppression des panenaux de radar ce jeudi : "Je ne laisserai pas repartir le nombre de morts sur la route à la hausse. Je ne cèderai pas sur cet objectif".




Tout a commencé à la réunion de l'UMP mardi dernier, où des députés ont manifesté leur défaveur envers cette mesure, l'un assure que "des bémols ont été émis jusque dans les rangs de soutiens traditionnels du Premier ministre". Mais des proches défendent F. Fillo : "On a eu des résultats mais ça ne suffit plus: dans ces cas-là, il y a parfois besoin de mesures qui frappent l'opinion".


Le démontage des panneaux est donc inévitable, et sera effectif dans toute la France avant l'été, à temps pour les grands départs.