Scandale Volkswagen : les moteurs 3 litres diesel V6 TDI aussi truqués, le groupe dément

Voir le site Automoto

Porsche Cayenne S Diesel 2014
Par Matthieu LAURAUX|Ecrit pour TF1|2015-11-02T21:18:55.805Z, mis à jour 2015-11-03T09:56:20.330Z

Les autorités américaines ont réalisé une seconde enquête ayant déterminé une tricherie sur les moteurs V6 3,0 litres "TDI" du Groupe Volkswagen, incluant des modèles Audi et Porsche, qui dément formellement dans un communiqué.

Mise à jour : Le groupe Volkswagen a très rapidement démenti dans un un communiqué de presse, assurant "qu'aucun logiciel n'a été installé dans les moteurs 3,0 litres V6 diesel afin de modifier les caractéristiques d'émissions d'une manière interdite."


Le scandale Volkswagen semblait progressivement s’apaiser, mais l’EPA, l’Agence de Protection de l’Environnement américaine, a trouvé une tricherie.

La démission du PDG Martin Winterkorn n'a pas suffit, ni la dite transparence...

Deuxième triche de VW

Alors que Volkswagen clame la transparence et s’évertue à signaler que seuls les moteurs EA189, des diesel 4 cylindres d’ancienne génération, étaient concernés par l’intégration d’un logiciel "de triche" permettant d’activer un mode polluant moins lors de contrôle de pollution, l’EPA a communiqué les résultats d’une seconde enquête ayant démarré fin septembre.

Ce lundi 2 novembre 2015, L’EPA est formelle, les moteurs plus puissantes, les 6 cylindres en V (V6) de 3 litres sont aussi munis d’un logiciel comparable, capable de « mentir » sur les émissions réelles d’oxydes d’azote (NOx), "9 fois plus élevées" que le niveau maximal autorisé. Cela signifie donc qu’en plus des 11 millions d’unités touchées par le premier lot de moteurs, il faudra y rajouter ceux désormais incriminés, au moins 10.000 millésimes 2014 à 2016, rien qu’aux Etats-Unis selon une estimation de l’agence.

Si le nombre sera plus faible, ce nouveau cas de triche touche des modèles plus luxueux, participant davantage à l’image du groupe Volkswagen, incluant les gros SUVs type VW Touareg et Audi Q5 ou les berlines de luxe Audi A6, A7 Sportback et A8. Pire, une nouvelle marque rejoint le scandale : Porsche, dont le SUV Cayenne est aussi équipé de ce moteur…



Volkswagen va-t-il davantage s'effondrer ?

Ce deuxième lot de moteur truqués sonne comme un couteau remuant dans la plaie laissée par la première salve de véhicules concernés, 11 millions au total qui devront être rappelés dans les prochaines semaines. Le groupe de Wolfsburg avait pourtant fait preuve de bonne volonté une fois démasqué le 18 septembre dernier par l'EPA : aveux deux jours plus tard, PDG démissionnant par principe, vœu de transparence totale, enquêtes internes, 6,5 milliards d'euros mis de côté pour gérer les rappels...

En bourse, l'action avait plongé (après une déjà lente décroissance entamée le 16 mars à 255 euros), partant de 162,40 euros après les révélations et aveux, à un plancher de 92,36 euros le 2 octobre soit une capitalisation en baisse de plus de 30 milliards d'euros, et risque d'en pâtir une nouvelle fois dès mardi à l'ouverture des échanges. Un nouveau mensonge, un nouveau rappel, une nouvelle cassure auprès des clients, une nouvelle marque touché (Porsche, son joyau), Volkswagen s'apprête à vivre un épisode 2 d'un Dieselgate dont il aura de grandes difficultés à s'en remettre.

Automoto s'interrogeait en 2009 sur le diesel dit "propre"