Scandale Volkswagen : Plainte des concessionnaires aux Etats-Unis

Voir le site Automoto

Volkswagen Golf R400 R420 scoop 2015
Par Florent REYNE|Ecrit pour TF1|2016-02-26T13:44:02.086Z, mis à jour 2016-02-26T13:44:02.086Z

Un peu moins de 200 plaignants issus des 4 coins des Etats-Unis ont décidé de déposer une plainte commune dans le cadre du scandale sur les moteurs diesel truqués.

5 mois après le début du scandale Volkswagen n’arrive toujours pas à sortir la tête de l’eau et à du mal à remonter en bourse.  


174 propriétaires devant les tribunaux

Après que les autorités américaines aient ouvertes une enquête pénale contre Volkswagen, qui a reconnu avoir manipulé les données d’émission de gaz polluants de ses véhicules diesel produits aux Etats-Unis, pour contourner les règles antipollutions, c’est au tour de la population de prendre la voie des tribunaux. 174 propriétaires de véhicules concernés par le scandale ont lancé une procédure début de semaine devant un tribunal de San Francisco, en Californie. Cette procédure vient s’ajouter aux poursuites déjà engagées dans lesquelles Volkswagen encourt plusieurs dizaines de milliards de dollars d’amende. 

Selon l’AFP, « c’est un des délits les plus flagrants commis par une entreprise dans l’histoire, un récit édifiant sur le fait de vouloir gagner à tout prix », ont indiqué les représentants de la plainte collective, en notant que le constructeur a joué sur la carte des « véhicules propres » pour augmenter ses ventes.


1 mois pour un plan de réparation

Le juge californien a stipulé, le 25 février, que les représentants de Volkswagen outre-Atlantique devraient présenter le 24 mars 2016 un plan pour dédommager les presque 200 plaignants américains qui ont déposé une plainte collective contre lui. Selon Reuteurs, au cours de l'audience jeudi, l'avocat de Volkswagen Robert Giuffra a affirmé au juge que le groupe était déterminé à régler cette affaire « aussi vite que possible ». 

Ce nouveau coup de massue pour la marque américaine tombe mal.  Pour ne rien arranger, le secteur Motorsport de Volkswagen ne ferait pas son entrée en F1 avant quelques années.  C’est ce qu’a lancé une nouvelle fois Wolfgang Durheimer, le président de Bentley et Bugatti, dans une interview à Autocar: « La Formule 1 n’est pas à l’ordre du jour. Notre  n’est pas adéquat pour ce genre d’investissement. […] Avant d’engager l’argent nécessaire, vous devez avoir cinq années de stabilité réglementaire. »