Scandale Volkswagen : plus de 225.000 voitures Audi touchées en France ?

Voir le site Automoto

Audi A1, version restylée lancée début 2015, ici en versions 3 et 5 portes
Par Matthieu LAURAUX|Ecrit pour TF1|2015-09-29T09:03:44.330Z, mis à jour 2015-09-29T09:51:55.377Z

Après l’annonce de plus de 2 millions d’Audi concernées par les moteurs Volkswagen truqués, une société a calculé que 225.571 véhicules de la marque aux anneaux circuleraient en France.

Lundi 28 septembre 2015, Audi annonçait – via un porte-parole - sa part de voitures touchées dans le scandale frappant le groupe Volkswagen dont la marque aux anneaux fait partie.

L'essai vidéo de l'Audi A1 Sportback (2012)

La communauté frauduleuse de l’anneau

Selon l’estimation, environ 2,1 millions de véhicules Audi équipés des moteurs diesel TDI frauduleux ont été vendus dans le monde, dont 1,42 million en Europe, 577.000 en Allemagne et 13.000 aux Etats-Unis. Les blocs 1,6 et 2,0 litres sont en effet intégrés dans les modèles A1, A3, A4, A5, A6, TT et Q3 et Q5.

Ce mardi 29 septembre, nous apprenons plus précisément le chiffre concernant la France. Selon la société Inorev, 225.571 Audi seraient concernées dans l’hexagone. En parallèle, plus d’1 million de Volkswagen seraient également en cause, accompagnées de dizaines de milliers de Skoda (1,2 million dans le monde) et de SEAT (500.000 déclarées au total).


Le Scandale Volkswagen enfle

Affaire touchant les Etats-Unis à l’origine, le trucage de certains moteurs diesel du groupe Volkswagen avait percé le 20 septembre dernier, via un logiciel trichant sur les émissions polluantes aux contrôles anti-pollution, sur 482.000 véhicules vendus depuis 2008.

Quelques jours plus tard, l’affaire devint mondiale, le chiffre grimpant à 11 millions de voitures dans le monde, englobant les Volkswagen, Audi, Skoda et SEAT, équipées des moteurs diesel 4 cylindres 1,6 et 2,0 litres TDI. Le groupe s’est alors excusé de la voix du PDG Martin Winterkorn, remettant sa démission le 24 septembre, avant que les responsables Recherche et Développement de VW, Audi et Porsche ne soient démis de leurs fonctions.

En parallèle, les enquêtes ont été lancées aux Etats-Unis (une amende de plus de 18 milliards de dollars est évoquée), en France et en Italie. L’Allemagne a même lancé un ultimatum de 10 jours à Volkswagen pour que le groupe s’explique avec transparence sous menace d’interdire la vente des modèles concernés. La Suisse, elle, n’a pas attendu et a lancé l’interdiction dès samedi 25 septembre.