Scandale Volkswagen : les salariés expliquent la manipulation des moteurs diesel

Voir le site Automoto

Une Volkswagen Golf produite dans l'usine dee Wolfsburg (Allemagne) le 14 mars 2013
Par Florent REYNE|Ecrit pour TF1|2015-11-09T10:35:17.092Z, mis à jour 2015-11-10T13:26:46.262Z

Selon le quotidien allemand Bild, paru dimanche 8 novembre, plusieurs salariés de Volkswagen ont reconnu avoir manipulé des données sur les émissions de dioxyde de carbone sur les voitures du groupe.

Scandale Volkswagen : les excuses du PDG Martin Winterkorn

Modification de la pression des pneus et du carburant

« Des salariés ont déclaré lors d'une enquête interne qu'il y avait eu des irrégularités dans la détermination des données de consommation de carburant. La manière dont cela s'est produit fait l'objet de procédures encore en cours », a déclaré un porte-parole de Volkswagen tout en se refusant à commenter les informations de Bild. Selon le quotidien d’outre-Rhin, certains employés de la firme allemande ont annoncé avoir augmenté la pression des pneus et mélangé du diesel à de l’huile de moteur pour réduire la consommation de carburant lors des tests, de 2013 à  juin 2015.


Pour faire plaisir au patron

Cet acte frauduleux, selon Bild, est une volonté d’aller dans le sens de PDG de Volkswagen. Martin Winterkorn, l’ancien président du directoire du groupe, a déclaré lors du Salon automobile de Genève en mars 2012 que Volkswagen a l’objectif de « réduire ses émissions de CO2 de 30% d'ici 2015 ». Les équipes chargées des tests n'ont pas osé expliquer à leur président que cet objectif était trop difficile à atteindre. Depuis, un technicien des services de recherche et développement de la marque allemande a rompu le silence, fin octobre. 

Le salarié de Volkswagen a révélé la manipulation des données sur les émissions de CO2, ne sera pas sanctionné par la marque allemande. Depuis les premières révélations sur le scandale des moteurs truqués, Volkswagen a encouragé ses salariés à coopérer à l’enquête interne en cours et leur promet qu’ils ne seront ni licenciés ni poursuivis en justice.

Depuis le début de l’affaire, des analystes financiers estiment que la facture totale du scandale pour le constructeur (amendes, procédures judiciaires et le coût des rappels inclus), devrait tabler autour de 35 milliards d’euros. En Bourse, la valeur de la firme de Wolfsburg a chuté de 40 % depuis la mi-septembre, pour tomber à 54 milliards d’euros.

Les moteurs diesel sont-ils vraiment polluants ?