Dans l'actualité récente

Scandale Volkswagen : une enquête ouverte pour tromperie aggravée en France

Voir le site Automoto

Volkswagen Scirocco, coupé 4 places dont le léger restylage est présenté au salon de Genève en mars 2014 et lancé en août
Par Florent Reyne|Ecrit pour TF1|2015-10-02T10:31:00.538Z, mis à jour 2015-10-02T10:31:01.969Z

La confiance n’est plus entre l’Hexagone et la marque allemande VW. Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire pour « tromperie aggravée sur une marchandise susceptible d’être dangereuse pour la santé ».

Le parquet ouvre une enquête, le vendredi 2 octobre 2015, suite au scandale concernant des logiciels sur les moteurs diesel, dont plus de 948.064ont été vendus en France.

Scandale Volkswagen : les excuses du PDG Martin Winterkorn


La France mène l’enquête

Alors que les premiers contrôles de pollution aléatoires sur les véhicules circulant en France débutent, le parquet lance une enquête à charge contre Volkswagen. Deux services distincts ont été mandaté pour s’occuper de l’enquête préliminaire pour « tromperie aggravée sur une marchandise susceptible d’être dangereuse pour la santé ». D’un côté, l’office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique (Oclaesp) et de l’autre, l’office anticorruption de la police judiciaire (Oclciff).


50 automobilistes français saisissent la justice

Parallèlement, plusieurs plaintes ont été annoncées en France, la dernière en date a été effectué  par des propriétaires français de véhicules diesel Volkswagen. Accompagné d’un élu francilien, et sous le nom d' « Association des victimes internationales de la fraude automobile », le mouvement affirme, saisir la justice pour «pratique commerciale trompeuse, publicité mensongère, tromperie, escroquerie, mise en danger de la vie d'autrui, complicité, faux et usage de faux.» La plainte a été déposée contre X.


Volkswagen

Les automobilistes accusent la firme allemande d'avoir « mis sur le marché des véhicules qui émettent des particules excédant les normes prévues» qui expose «les populations concernées à un risque immédiat de mort ou de graves maladies. »