Scandales automobiles : Fiat Chrysler encore pointé du doigt

Voir le site Automoto

Fiat Chrysler Automobiles
Par Loïc CHENEVAS-PAULE|Ecrit pour TF1|2016-11-19T12:52:48.907Z, mis à jour 2016-11-19T12:52:50.065Z

Comme le rapportent nos confrères de Bloomberg, la marque Chrysler est accusée par des consommateurs américains d'avoir vendu 500.000 pick-up rejetant 14 fois plus d’oxydes d'azote que ce qui est autorisé entre 2007 et 2012.

Depuis septembre 2015, il ne se passe pas un mois sans que l'on ne parle du «dieselgate». Inutile d'en rappeler les fondements, tant ce scandale a plongé le groupe Volkswagen dans la tourmente. Mais l'entreprise teutonne n'est pas la seule à être visée par les multiples enquêtes et plaintes comme le prouve la dernière mésaventure du concurrent Fiat Chrysler Automobiles.

Plein Phare : Faut-il encore acheter une voiture diesel ?


Nouvelles turbulences

Le 14 novembre dernier, le groupe dirigé par « Il Toro » (le taureau) Sergio Marchionne, est entré dans de nouvelles turbulences. La raison ? Le dépôt d'une « class action » par des consommateurs américains contre Chrysler, accusé d'avoir vendu entre 2007 et 2012 500.000 pick-up Dodge Ram rejetant 14 fois plus d’oxydes d'azote que ce qui est prévu par la loi. Une nouvelle plainte contre le groupe, donc, qui va être contestée « de manière vigoureuse » par Fiat Chrysler Automobiles. Mais le mal est déjà fait auprès du grand public.


Déjà dans le viseur de l'Allemagne

Car ces accusions de tricherie sont à mettre dans le même sac que celles formulées par le ministère des Transports allemand, en mai dernier. Dans une lettre envoyée à la Commission européenne, un dispositif illégal sur des voitures diesel après des tests menés par la KBA (l'agence fédérale de l'automobile outre-Rhin) était pointé du doigt. En cause : le Fiat 500X, le Fiat Doblo et le Jeep Renegade, tous les trois équipés du moteur 2,0 litre MultiJet sur lequel un système de filtration des émissions polluantes serait en cause puisqu'il se désactive après 22 minutes alors que la durée standard d'un contrôle antipollution est de 20 minutes.


Audi également très surveillé

Malheureusement, Fiat Chrysler Automobiles n'est pas le seul groupe à être pris dans ce scandale qui a secoué le monde automobile. Volkswagen en sait quelque chose et ce n'est pas prêt de s'arrêter. Début novembre, Bild révélait qu'Audi, marque du groupe teuton, s'est vu dresser un constat accablant de la CARB (agence pour la qualité de l'air de la Californie) sur plusieurs modèles équipés de moteurs V6 (A6, A8, Q5). La raison ? Un logiciel implanté dans la boîte de vitesses automatique et qui permettrait, en fonction du braquage du volant, de détecter un test sur un banc d'essais afin de réduire ensuite les émissions de CO2.

Plein Phare - Exclu : On a essayé le nouvel Audi Q5 2017


Par ailleurs, on n'oubliera pas de mentionner l'étude menée par l'organisation « Transport et Environnement » qui a pointé du doigt une nouvelle forme de tricherie, à savoir des capteurs de pressions pneumatiques utilisés lors des test d'homologation.Les modèles testés ? La Golf 7 de Volkswagen ou encore la Fiat 500...

Scandale Volkswagen : les excuses de l'ex-PDG Martin Winterkorn (2015)