Dans l'actualité récente

Sécurité Routière : La conduite accompagnée dès 15 ans pour lutter contre les accidents ?

Voir le site Automoto

Conduite accompagnée voiture permis
Par Matthieu LAURAUX|Ecrit pour TF1|2014-03-28T11:04:00.000Z, mis à jour 2014-03-31T16:16:07.000Z

Selon le magazine Auto Plus, le Conseil National de la Sécurité Routière (CNSR) étudierait la mise en place de la conduite accompagnée dès l'âge de 15 ans, contre 16 ans actuellement.

Constat sévère chez les jeunes conducteurs
La mortalité routière chez les jeunes (tranche de 18 à 24 ans) a baissé de moitié depuis 10 ans, suivant la tendance générale, mais reste la première cause de décès avec environ 1 sur 3. Également, les jeunes conducteurs représentent encore 21% des décès sur les routes (et 21% des accidents corporels), alors qu'il ne forment que 9% de la population. Face à ce constat, le Conseil National de la Sécurité Routière (CNSR) préparerait de nouvelles mesures.

Aujourd'hui, une personne ne peut passer le permis de conduire B qu'à partir de 18 ans, mais peut dès 16 ans opter pour la conduite accompagnée, aussi nommée AAC. En 2012, seulement 23,4% des permis de conduire étaient délivrés à des candidats ayant effectué la conduite accompagnée - contre 27,9% en 2008 -, mais leur taux de réussite de 73,5% est bien plus élevé que les autres candidats avec 55%.


Conduite accompagnée dès 15 ans ?
Afin de faire renouer les futurs candidats à la conduite accompagnée, le CNSR préconise l'abaissement de la limite d'âge de 16 à 15 ans, selon le magazine Auto Plus du 28 mars 2014. Le but, "assurer une meilleure insertion de la conduite accompagnée dans la vie du jeune et de sa famille [...] et d'augmenter le nombre [...] de kilomètres parcourus". Autre ajout, une formation initiale de 8 heures en plus des 20 heures obligatoires, ainsi que des réunions post-permis pour tous les candidats.

Une autre piste, plus stricte, viserait à instaurer "un niveau zéro alcool ou la circulation interdite à certaines heures durant la période de probation". Le comité interministériel de la sécurité routière, réuni fin juin 2014, décidera ou non de l'introduction de ces mesures.