Sécurité routière : dès le 1er juillet, plus d'oreillettes au volant !

Voir le site Automoto

Sécurité Routière - Interdiction des oreillettes au volant
Par Loïc CHENEVAS-PAULE|Ecrit pour TF1|2015-06-18T13:40:35.213Z, mis à jour 2015-06-19T06:20:23.837Z

Le ministère de l'Intérieur a officialisé l'interdiction des oreillettes au volant dès le 1er juillet et la baisse du taux d'alcoolémie de 0,5 à 0,2 g par litre de sang pour les jeunes conducteurs.

"Le kit mains libres est un dispositif qui empêche le conducteur d'entendre ce qui se passe autour de lui. Le but est que ce dernier garde l'appréhension du monde extérieur". Voilà le ministère de l'Intérieur justifiait en avril dernier l'interdiction du kit mains libres au volant à partir cet été. Ce jeudi 18 juin, la ligne de conduite n'a pas changé Place Beauvau où le patron des lieux Bernard Cazeneuve a annoncé une série de mesures qui entreront en application dès le 1er juillet et parmi lesquelles l'une concerne "l'interdiction de porter tout système de type écouteur, oreillette, casque (…) susceptible de limiter tant l'attention que l'audition des conducteurs".

135 euros d'amende et moins trois points sur le permis

Désormais, avec cette nouvelle réglementation, porter un "dispositif susceptible d'émettre du son" sera passible de 135 euros avec trois points en moins sur le permis de conduire. Considérés comme dangereux par la Sécurité routière, les dispositifs intégrés à l'autoradio, le Bluetooth ou encore les kits mains-libres se branchant sur la prise de l'allume-cigare reste autorisés.

De quoi valider une étudie scientifique qui avait été relayée sur Europe 1 il y a quelques semaines et indiquait que les yeux du conducteur qui téléphone se figeaient, entrainant ainsi un temps de réaction plus long et un débit de parole augmenté puisqu'il répond du tac au tac à son interlocuteur.

Mortalité en hausse au mois de mai 2015

Autre mesure phare du plan prévu par le ministère de l'Intérieur : un seuil d'alcoolémie différent pour les jeunes conducteurs, passant ainsi de 0,5 g par litre de sang à 0,2 g. Tout automobiliste qui sera au-dessus de ce taux risquera dans le pire des cas 4.500 euros d'amende et six points... causant ainsi la perte du permis de conduire pour cette catégorie de conducteurs.

Le ministère de l'Intérieur a donc décidé de serrer la vis, d'autant que les chiffres de la mortalité routière pour le mois de mai 2015 sont tombés ce jeudi 18 juin. Selon l'Observatoire national interministériel de la Sécurité routière (ONISR), le nombre de personnes tuées sur les routes en France a encore augmenté avec 265 décédés constatés, soit 1,9% de plus qu'en mai 2014. En avril dernier, déjà, une hausse de 4,3% avait été relevée.

Preuve que les temps sont durs et qu'il faut des solutions concrètes pour amenuiser un fléau qu'il est impossible d'éradiquer.