Serait-ce la Formule 1 de demain ?

Voir le site Automoto

F1 Ferrari Futur
Par Benjamin KHALDI|Ecrit pour TF1|2012-01-05T09:30:00.000Z, mis à jour 2012-01-06T09:00:17.000Z

Et si demain, la F1 changeait d'apparence ? Si, au lieu d'avoir un cockpit ouvert, les F1 se dotaient d'un cockpit totalement fermé ? Le graphiste Jacek Kolodziejczyk donne sa vision de ce nouveau type de Formule 1.

Un cockpit fermé pour les prochaines Formule 1, à quoi cela pourrait-il ressembler ? Peut-être à ça...



Ceci n'est pas une Formule 1. Ou en tout cas, pas encore. Ce n'est pour le moment qu'une vision d'un graphiste, Jacek Kolodziejczyk. Mais le rendu reste époustouflant de réalisme, et impressionnant du point de vue esthétique. Le cockpit fermé, entièrement noir, parait parfaitement intégré dans cette Ferrari virtuelle. On note certains changements dans le design, comparé aux actuelles F1. Les pontons paraissent plus larges, les entrées d'air plus volumineuses. Le nez offre un profil plus plongeant par rapport à la Ferrari F150th. L'entrée d'air au-dessus de la tête du pilote est plus avancée.





L'ajout d'un cockpit, aussi esthétique soit-il, est loin d'être une simple coquetterie. Ainsi équipée, la monoplace permet à son pilote de bénéficier d'une sécurité accrue, en cas de jet de débris présents sur la piste. L'accident de Felipe Massa, jusqu'ici inédit, aurait ainsi pu être moins grave avec une telle solution.




La FIA, toujours soucieuse de la sécurité routière en général, et de celle de ses pilotes en particulier, semble prête à étudier la question d'un cockpit fermé. L'été dernier, on découvrait une vidéo mise en ligne par la FIA, on découvrait les images d'un test d'une protection en polycarbonate, sur laquelle un pneu de 20kilos était projeté à 225km/h. La protection n'avait subi aucun dégât.

Après l'accident de Felipe Massa en 2009, et plus récemment l'accident tragique de Dan Wheldon en Indycar, une telle protection serait un énorme pas en avant pour la sécurité des pilotes. L'incroyable accident d'Allan McNish aux dernières 24H du Mans, au volant d'un prototype fermé, semble le prouver.