Le sport automobile s’est affaibli : Wolfgang Ullrich n’est (officiellement) plus le patron d’Audi Sport

Voir le site Automoto

Wolfgang Ullrich
Par Julien PEREIRA|Ecrit pour TF1|2016-12-17T09:09:02.942Z, mis à jour 2016-12-17T09:09:13.397Z

Jeudi 15 décembre 2016, le Dr Wolfgang Ullrich a officiellement cédé son poste de directeur de la section sportive du constructeur allemand à Dieter Gass. Et laissé, derrière lui, une remarquable carrière.

Le monde des sports mécaniques a tourné, dans une relative discrétion, une gigantesque page de son histoire.


A vrai dire, elle avait déjà été déchirée par l'annonce d'Audi, qui a confirmé son retrait du Championnat du monde d'Endurance au beau milieu de l'étonnement et au bout de l'interminable scandale du dieselgate. Elle a embarqué, avec elle, des centaines de personnes, mécaniciens, ingénieurs, informaticiens, analystes, qui s'étaient entièrement dédiés à la course et aux 24 Heures du Mans, finalement obligés de contrarier leur fausse routine, du jour au lendemain. Comme leur supérieur hiérarchique, Wolfgang Ullrich.

« Je souhaite qu’ils se trompent »

Lorsque les premières rumeurs du renoncement de la marque aux anneaux ont squatté les pages sportives des journaux, lui aussi, patron d'Audi Sport, espérait de toutes ses forces pour qu'elles ne soient jamais confirmées. Juste avant les 6 Heures de Fuji, antépénultième manche du Championnat disputée en octobre dernier, au moment où les journalistes bien renseignés d'Auto Motor und Sport ont lâché un premier fracas, le Dr Ullrich n'avait pas encore été informé. "Je souhaite qu'ils se trompent", avait-il alors confié, sobrement.


Il savait, à ce moment-là, qu'un retrait de la firme marquerait la fin de son époustouflante carrière. Face au vacarme qui a giflé la maison-mère, Volkswagen, et balayé les vieilles têtes du constructeur d'Ingolstadt, l'obligation de renouvellement n'a laissé aucune place majeure à l'homme de 66 ans. Jeudi 15 décembre, celui qui a magnifié la section sportive de l'entreprise a officiellement cédé sa place à Dieter Gass, de 13 ans son cadet.

Un Doctorat, TAG, et une centaine de succès  

Sur le papier, le Viennois n’est pas encore parti à la retraite : il conserve un contrat de conseiller, et accompagnera son successeur jusqu’à la fin de la saison 2017. Une façon de rendre son départ moins brutal, et d’alléger l’épilogue d’une carrière époustouflante, longue de 23 ans, et marquée par 107 victoires, dont 13 dans la prestigieuse épreuve sarthoise. Depuis 1993, l’Autrichien a imprégné la plus grande épopée d’Endurance de toutes ses forces et de son savoir-faire, acquis à la fois durant ses études d’ingénierie automobile à l’Université, son Doctorat de sciences techniques et ses importants travaux sur le moteur TAG de Porsche.


Il a, surtout, accompagné des générations de passionnés en livrant, à chaque course, ses analyses d’une précision extrême, instantanément vulgarisées pour le grand public lors des multiples interviews accordées avec le sourire à tous les médias du monde, et livrées facilement dans les trois langues majeures du sport automobile : l’anglais, le français et l’allemand. Si le départ d’Audi a laissé un trou béant dans la compétition des sports automobiles, c’est aussi parce qu’il a définitivement écarté le Docteur Wolfgang Ullrich des circuits.  

En vidéo, la dernière victoire d'Audi aux 24 Heures du Mans (2014)