Sports mécaniques : Hamilton et Audi en pleine lumière, Rosberg broie du noir

Voir le site Automoto

Lewis Hamilton (Mercedes), victorieux au GP de Singapour.
Par Loïc CHENEVAS-PAULE|Ecrit pour TF1|2014-09-22T14:50:00.000Z, mis à jour 2014-09-22T18:37:29.000Z

Du retour au sommet du championnat du monde des pilotes de Lewis Hamilton à Singapour aux magnifiques victoires d'Audi et Suzuki en endurance, en passant par Cole Custer, jeune américain de 16 ans, qui s'impose en NASCAR, Automoto vous propose son top 5 de l'actualité qui a marqué les sports mécaniques lors de ce week-end du 21 septembre 2014.

Hamilton au paradis, Rosberg en enfer
Cela fait cinq mois que Lewis Hamilton attendait ça. La dernière fois que le Britannique pointait en tête du championnat du monde des pilotes de Formule 1, c'était le 11 mai dernier, à l'issue du Grand-Prix d'Espagne. Ce dimanche 21 septembre, le pilote Mercedes a récupéré (en plus de sa chance, et il était temps !) un bien longtemps détenu par son coéquipier et rival, Nico Rosberg, en s'imposant brillamment lors du Grand Prix de Singapour.

Maître de son championnat avant le départ de la course, l'Allemand ne l'est plus, la faute à une rupture du câblage dans la colonne de direction de sa Mercedes W05. Conséquence immédiate : ce dernier a dû partir de la voie des stands et abandonner une quinzaine de tours plus tard.

Conséquence au classement du championnat du monde des pilotes, Rosberg (238 points) compte désormais trois longueurs de retard sur Hamilton (241 points). La roue a donc bien tourné dans la fournaise de Singapour... mais il n'est pas sûr qu'elle ait fini son tour complet.

toughest day for me this year so far. here is my video message for you with some more infos http://t.co/zcQrPyH6Xy pic.twitter.com/ErwCQI1cJ0

— Nico Rosberg (@nico_rosberg) 21 Septembre 2014

Vettel et Vergne retrouvent la lumière
Et si Sebastian Vettel avait enfin lancé sa saison ? Dans l'ombre de son équipier Daniel Ricciardo, le quadruple champion du monde en titre a démontré qu'il était toujours capable de jouer les premières places en s'adjugeant la 2e position du Grand Prix de Singapour. Longtemps dans le rythme du leader en début de course (comme très souvent cette saison), le pilote allemand a ensuite géré ses pneumatiques avant de subir leur très forte dégradation en fin de Grand Prix. Hargneux, Vettel n'a cependant jamais abandonné, pointant même un tour en tête avant de se faire dévorer logiquement par la Mercedes de Lewis Hamilton.

Lui aussi a montré qu'il était toujours là. Toujours sans volant pour la saison prochaine, Jean-Eric Vergne (Toro Rosso) a confirmé ses excellentes dispositions lors des meetings urbains. Pénalisé injustement à deux reprises pour avoir franchi les limites de la piste, le Français a fini la course en trombe pour sécuriser sa 6e place, avalant notamment dans les quatre dernières boucles la Force India de Nico Hülkenberg, la Ferrari de Kimi Räikkönen (quel freinage !) et la Williams de Valtteri Bottas. De quoi prouver qu'il mérite sa place dans la catégorie reine du sport automobile l'année prochaine.

6th! It feels great. It was a fantastic race and I'm extremely happy, especially considering the two 5 second penalties. #SingaporeGP

— Jean-Eric Vergne (@JeanEricVergne) 21 Septembre 2014

Audi et Toyota remettent ça !
On prend les mêmes et on recommence ! Lors des 24h du Mans en juin dernier, Audi avait placé ses monoplaces n°2 et n°1 au sommet de la hiérarchie devant la Toyota n°8. Lors des 6h d'Austin ce week-end, le constructeur allemand en a fait de même grâce à un nouveau doublé de ses deux équipages Lotterer - Tréluyer - Fassler et Di Grassi - Duval - Kristensen, devant le trio Lapierre - Buemi - Davidson.

La Toyota n°8 était pourtant partie en pole position mais la pluie, "meilleure amie" des pilotes lors de ce meeting américain, a totalement redistribué les cartes. Une lotterie qu'Audi a parfaitement exploité et a mis en place des relais efficaces pour s'adjuger la 4e manche du championnat du monde d'endurance. Son trio Lotterer - Tréluyer - Fassler (85 points) revient désormais à 11 unités de l'équipage Lapierre - Buemi - Davidson (96 points).

The Audi R18 e-tron quattro cars leave @circuitamericas in 1st & 2nd. Back-to-back wins in Texas for the Four Rings. pic.twitter.com/w9piT6y2cU

— Audi (@Audi) 21 Septembre 2014

Suzuki et Yamaha mettent fin au règne de Kawasaki
Cela faisait quatre ans que le team Kawasaki SRC régnait en maître sur les 24h du Mans Moto. L'équipe nipponne ne fera pas la passe de cinq sur le circuit Bugatti en 2014 puisque c'est l'équipage n°1 de Suzuki (qui n'avait pas gagné au Mans depuis 2008) formé par Vincent Philippe, Anthony Delhalle et Erwan Nigon qui l'a brillamment emporté après une course aux multiples rebondissements.

Plus qu'une victoire, la deuxième place décrochée par la Yamaha 94 du trio Checa - Foray - Ginès est synonyme de triomphe avec l'obtention du titre de champion du monde des pilotes, dix ans après un premier titre acquis en 2004.

Custer, 16 ans et déjà dans la cour des grands
C'est sans doute la plus belle histoire du week-end. Celle de l'Américain Cole Custer qui est devenu le plus jeune vainqueur de l'histoire en NASCAR Camping World Truck Series, remportant à 16 ans, sept mois et 28 jours la 16e manche de la saison.

Et comme si cela ne suffisait pas, le jeune pilote américain s'est imposé lors d'une série où les 101 premiers tours ont été disputés sans la moindre neutralisation. Un record en début d'épreuve !

Can't thank everyone enough for all the congrats, wat a great day can't believe that actually happened pic.twitter.com/zNPTepZBQ0

— Cole Custer (@colecuster00) 20 Septembre 2014