Sports mécaniques : l'angoisse pour Bianchi éclipse le reste

Voir le site Automoto

Le pilote de Formule 1 Jules Bianchi.
Par Loïc CHENEVAS-PAULE|Ecrit pour TF1|2014-10-06T08:43:00.000Z, mis à jour 2014-10-20T17:22:01.000Z

Du terrible accident de Jules Bianchi au Grand Prix du Japon de Formule 1 à la malchance de Sébastien Ogier lors du Rallye d'Alsace, en passant par le départ de Sebastian Vettel de chez Red Bull Renault, Automoto vous propose les moments forts de l'actualité qui a marqué les sports mécaniques lors de ce week-end du 5 octobre 2014.

L'angoisse pour Jules Bianchi
C'est sans aucun doute l'évènement du week-end. Mais aussi une situation extrêmement malheureuse que nous n'aimons pas voir sur des circuits. A la fin du Grand Prix du Japon de Formule 1 qui s'est déroulé ce dimanche 5 octobre, Jules Bianchi a été victime d'un grave accident, ayant mis fin à une course difficile marquée par de fortes pluies. Déclaré officiellement inconscient par un porte-parole de la FIA, le pilote français a été évacué en ambulance vers l'hôpital de Yokkaichi, près de Suzuka, avant d'être opéré d'un hématome à la tête.

Pour rappel, Bianchi a percuté la dépanneuse devant évacuer la Sauber d'Adrian Sutil, parti à la faute dans le virage 7 (dit "Dunlop" et situé après le S) un tour plus tôt. L'Allemand a sans doute été victime de la fatigue et du stress causés par une course sous forte pluie. Seulement, dans de telles conditions, la voiture de sécurité aurait dû se montrer plus tôt et ne pas laisser les autres pilotes rouler à la limite de leurs monoplaces.

Cela étant, il serait pour le moment malvenue de blâmer la FIA (et surtout trop facile après coup). Pour l'instant, seul importe l'état de santé de Jules Bianchi, qui a une brillante carrière devant lui et qui, on l'espère, sortira vivant du plus grand combat de sa vie.


Vettel quitte la maison mère Red Bull
C'est l'autre information du week-end qui a fini de rendre le Grand Prix du Japon anecdotique. Après six ans de bons et loyaux services, Sebastian Vettel a décidé de couper le "cordon ombilical" et quittera Red Bull Renault à la fin de la saison, écurie avec laquelle il a gagné ses quatre titres de champion du monde de Formule 1 entre 2010 et 2013.

Seule "inconnue" : la destination future de l'Allemand. Rien n'a encore été officialisé mais il y a fort à parier que le quadruple champion du monde en titre ira tenter de se relancer (et de relancer) la Scuderia Ferrari, comme un certain Michael Schumacher l'avait fait avant lui. Conséquences d'un tel transfert : la très probable arrivée de Fernando Alonso chez Mclaren Honda en 2015.

Thanks for the memories, Seb: http://t.co/7rq687T5pe #F1 pic.twitter.com/5VQ6xlZ3My

— Red Bull Motorsports (@redbullmotors) 4 Octobre 2014

Hamilton émerge dans le chaos
Avec tous les évènements évoqués ci-dessus, on en oublierait presque la course qui s'est déroulée ce dimanche. Pourtant, la 15e manche du championnat du monde de Formule 1 a bien eu lieu malgré le typhon qui s'est abattu sur le tracé sélectif de Suzuka.

Et dans ce chaos pluvieux, c'est le Britannique Lewis Hamilton qui a émergé, en prenant le dessus sur Nico Rosberg au prix d'une manœuvre risquée mais sensationnelle au tour n°29. Sans doute la seule éclaircie pour les fans de Formule 1 en ce dimanche bien noir.

Latvala impérial, Ogier malchanceux
Son sacre était peut-être trop attendu pour le Rallye d'Alsace, 11e manche du championnat du monde WRC. Frappé par la malchance le vendredi, Sébastien Ogier n'a pu défendre ses chances à domicile en terminant 13e au volant de sa Volkswagen et s'est attelé à remporter la Power Stage le dimanche afin de limiter la casse.

Les ennuis d'Ogier ont donc fait le bonheur de son coéquipier, Jari-Matti Latvala. Le Finlandais a été impérial en dominant d'une main de maître le Rallye d'Alsace et revient à 27 points de son équipier et principal rival au classement.

"Ça faisait 2 jours qu’on attendait cette ES, c’est clair qu’on était très motivés & on a tout donné. Bravo à JML, il a fait du bon boulot!"

— Sébastien Ogier (@SebOgier) 5 Octobre 2014

Citröen proche du titre en WTCC
Sur le Goldenport Park Circuit de Pékin, Tom Chilton (Chevrolet) et Rob Huff (LADA) ont tous les deux brillé en remportant chacun une course lors de la 9e manche du championnat WTCC. Pas de victoire pour les pilotes Citroën (une première cette saison) qui ont dû se contenter des places d'honneurs.

Au championnat des pilotes, José Maria Lopez en a donc profité pour augmenter encore son avance sur Yvan Muller. L'écart est désormais de 66 points et Sébastien Loeb est quant à lui relégué à 101 points. Les trois pilotes Citroën sont désormais les seuls à pouvoir encore prétendre au titre mondial et il ne manque plus que 15 points à l'écurie française pour être couronnée au classement des constructeurs.