Subaru n'est pas convaincu par l'électrique !

subaru-n-convaincu-l-electrique-0261260
Subaru est avec Mitsubishi l'un des rares constructeurs à vendre dès aujourd'hui des véhicules électriques au Japon. La Stella a été lancée sur le marché l'été dernier, au même moment que la i-MIEV.

"Les premières réactions sont bonnes", analyse Takeshi Tachimori, Vice-président du plan produit chez Subaru. "Les conducteurs sont surpris par les performances , qui sont celles d’une vraie voiture. Mais, ce n’est pas une clientèle grand public. Seules des entreprises peuvent se permettre de rouler à l’électrique". Loin des prévisions fracassantes de Carlos Ghosn, ce haut cadre de Subaru reste très modeste : les volumes ne seront que de 2000 unités en 2009, et tout autant pour l’année suivante.

Les raisons d’une telle frilosité ?
Le prix. Malgré les aides généreuses des pouvoirs publics, à la fois du gouvernement et de la ville de Tokyo (lesquelles s’élèvent, en s’additionnant, à 15 000 Euros !), le tarif de la Subaru Stella est de 36.000 €… « Nous savons que c’est compliqué de vendre des véhicules électriques, sourit Takeshi Tachimori. Il faut être réaliste, ce n’est pas un marché de masse sur le court terme ».

L'hybride en échange
Subaru ne perd pas de vue le « zéro émission », mais la marque japonaise mise plutôt sur l’hybride à l’horizon 2012. Cette solution a le mérite d’améliorer l’efficacité énergétique, en lien avec l’électronique de bord et la récupération de l’énergie au freinage. D

e plus, l’hybride permettra de conserver la traction par quatre roues motrices y compris en mode électrique, quand on roule à faible vitesse. Or, c’est justement la marque de fabrique de Subaru.

News associées