Suzuki arrête ses ventes aux Etats-Unis

Voir le site Automoto

Suzuki USA lineup 2012
Par Matthieu LAURAUX|Ecrit pour TF1|2012-11-06T09:45:00.000Z, mis à jour 2012-11-06T09:56:15.000Z

En faillite suite à des ventes plus que faibles, la division étasunienne du constructeur japonais a déposé le bilan cette semaine et cesse de vendre des voitures. Les 2-roues et bateaux ne sont pas touchés.

Devenues anecdotiques, les ventes de Suzuki aux États-Unis ont signé la fin de l'aventure en cette fin 2012.

Déclin irrémédiable
Début des années 2000, Suzuki voyait grand aux États-Unis, avec un objectif de 200.000 unités par an à l'horizon 2005. Sauf la moitié de ce but n'a jamais été atteint, et la crise a plombé davantage une situation qui n'était déjà pas joyeuse pour le nippon. En 2011, les ventes ont plongé à 26.618 unités, un chiffre qui a mené la division American Suzuki à entrer au "Chapter 11", soit une faillite, ce lundi. La filiale pointe également un "taux de change défavorable, des coûts disproportionnés face aux contraintes spécifiques aux États-Unis de plus en plus sévères". Suzuki a également précisé que les 2-roues et les moteurs pour bateaux ne sont pas touchés par cette opération.


Gamme vieillotte et inadaptée
Après la crise qui a divisé par deux les ventes de la marque en 2008, la remontée du marché étasunien pouvait profiter à Suzuki. Sauf que les produits n'ont pas répondu à la demande. Premièrement, la plus récente nouveauté est la berline Kizashi, datant de 2009. En marge, la SX4 (berline et crossover) n'a jamais décollé, le Grand Vitara à peine restylé permet d'éviter la déconvenue, et les pick-ups Equator ne sont que des Nissan Frontier rebadgés (Navara en Europe).

Promis depuis de nombreux mois, ce départ de Suzuki de l'Amérique du Nord pourrait être accompagné par celui de son compatriote Mitsubishi, suivant la même voie.